SFPO ONCOLIEN
Un commentaire, une suggestion ?
Fiche mise à jour le 11 septembre 2022
Télécharger la fiche au format PDF

TRIFLURIDINE - LONSURF®

Présentation

Classification médicamenteuse Dosage Photographies
Cytotoxique : antimétabolite analogue de la thymidine (trifluridine) associé à un inhibiteur de la thymidine phosphorylase (tipiracil) 20/8,19 mg
15/6,14 mg

Indications AMM

Cancer colorectal métastatique (CCRm):

Cancer gastrique métastatique (CGm):

D’autres indications hors AMM peuvent parfois être proposées.

Posologie - Mode d'administration

2 prises par jour, à heure fixe, dans l’heure qui suit le repas.
 
1 heure
 
 
1 heure
 
Prises J1 à J5 et J8 à J12 tous les 28 jours

Conditions de prescription et délivrance

Disponible en pharmacie de ville Prescription hospitalière réservée aux spécialistes en oncologie ou aux médecins compétents en cancérologie. Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement

Effets indésirables

Toxicité Fréquence Grade Surveillance/Prévention
Hématologique :
Anémie TRES FREQUENT 1 – 3

Essentiellement anémie (18 % Grade 3) et neutropénie (27 % grade 3 et 11 % grade 4) pouvant être sévères

Leuco-neutropénie TRES FREQUENT 1 – 4

Surveillance de la NFS régulière : à J14 et J28 puis mensuelle. Arrêt du traitement si PNN ≤ 0.5 G/L, ou plaquettes ≤ 50 G/L, ou hémoglobine ≤ 8 g/dL

Thrombopénie TRES FREQUENT 1 – 3
Risque de myelosuppression TRES FREQUENT
Gastro-Intestinale
Nausées, vomissements TRES FREQUENT 1 – 3

Surveillance de la perte de poids. Alimentation i) fragmentée en plusieurs repas légers, ii) liquide et froide et iii) moins grasse, sans friture ou épices. Prescription possible de traitements antiémétiques préventifs.

Diarrhées FREQUENT 1 – 3

Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool. Hydratation abondante (prudence chez sujet > 80 ans). Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques. Arrêt du traitement si ≥ 4 selles/jour.

Stomatite, douleurs abdominales, constipation FREQUENT 1 – 2

Alimentation adaptée en évitant les aliments acides, qui collent et très salés. En prévention, utilisation d'une brosse à dent souple, d'un bain de bouche avec bicarbonate de sodium sans adjonction d'autres produits et éviter les bains de bouche avec du menthol. En curatif, prescription possible de bains de bouche avec bicarbonate et  antifongique, et de topiques anesthésiants

Général
Fatigue TRES FREQUENT 1 – 3

Activités indispensables et celles qui procurent un bien-être à privilégier, activité sportive adaptée et régulière à encourager

Diminution de l’appétit TRES FREQUENT 1 – 2

Surveillance de la perte de poids. Alimentation riche en matières grasses. Recours possible aux compléments nutritionnels oraux.

Neurologique
Dysgueusie .

Alimentation tiède ou froide, ustensile de cuisine métallique à éviter

Neuropathie périphérique FREQUENT
Céphalées, insomnie RARE
Vertiges .
Cutanée
Syndrome main-pied FREQUENT

Utilisation d'un agent hydratant et/ou de crèmes cicatrisantes sur les mains et pieds. Prescription possible de crème kératolytique à l'urée ou à l'acide salicylique dans les formes hyperkératosiques. Prescription possible de dermocorticoïdes dans les formes inflammatoires. Utilisation possible de semelles orthopédiques +/- orthèses siliconées

Rash, sécheresse cutanée FREQUENT

: Utilisation d'un savon doux et d'un agent hydratant, séchage par tamponnement. Exposition au soleil à éviter et utilisation d'un écran total Prescription possible de corticoïdes topiques, prescription possible de cycline, d'antihistaminique ou de corticoïde par voie orale

Alopécie FREQUENT
Rénale
Protéinurie FREQUENT

Surveillance régulière (bandelette urinaire)

Insuffisance rénale RARE
Hépatique
Hyperbilirubinémie FREQUENT

Surveillance régulière

Elévation des enzymes hépatiques RARE

Populations particulières et recommandations

Insuffisance hépatique : En l’absence de donnée, non recommandé en cas d’insuffisance hépatique modérée ou sévère.

Insuffisance rénale : Elimination rénale importante. Aucune adaptation de la posologie en cas d’insuffisance rénale légère ou modérée. Surveillance hématologique renforcée (risque plus important d’effet indésirable de grade 3 ou 4). En l’absence de donnée, non recommandé en cas d’insuffisance rénale sévère.

Patients âgés : aucune adaptation de la posologie chez le sujet âgé. Données limitées au dessus de 75 ans. ECOG : En l’absence de données chez des patients ayant un statut ECOG > 1, ce traitement ne doit être proposé qu’aux patients dont le score de performance est de 0-1

Intolérance : contient du lactose.  

Bilan biologique

NFS, plaquettes, bilan hépatique, rénal tous les 15 jours pendant 1 mois puis mensuellement

Grossesse et allaitement

Contraception mécanique obligatoire chez les femmes en âge de procréer et les hommes pendant le traitement et 6 mois après l’arrêt du traitement (risque d’échec thérapeutique des contraceptifs hormonaux en cas d’association avec le Lonsurf®) Allaitement contre-indiqué

Annexe M5: Métabolismes et transporteurs

CNT1 ENT1 ENT2 OCT2 MATE1
Substrat
Inducteur
Inhibiteur
Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures

Avec les inhibiteurs des transporteurs OCT2 et MATE1 : augmentation possible des concentrations plasmatiques du tipiracil pouvant majorer les effets indésirables

Cardio-vasculaires : disopyramide, flécainide, propranolol

Autres: Cimétidine, metformine, méfloquine

Conseil(s) :

En l’absence de donnée, prudence en cas d’association. Surveillance clinique et pharmacologique.

Avec les substrats de la thymidine kinase humaine : compétition enzymatique pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique des substrats

Antiviraux inhibiteurs nucléosidiques : zidovudine, didanosine, stavudine, lamivudine, abacavir, tenofovir, adefovir, emtricitabine,entecavir, telbivudine

Conseil(s) :

Association déconseillée. Surveillance clinique et pharmacologique en cas d’association

Avec les contraceptifs hormonaux : en l’absence  de données sur la perte d’efficacité de la contraception hormonale, contraception mécanique recommandée. Aucune interaction connue avec les cytochromes P450

Interactions avec la phytothérapie

Aucune donnée ne permet actuellement de prouver que certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Dans tous les cas, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte.