Fiche mise à jour le 2 septembre 2019

Capécitabine – XELODA®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Médicament cytotoxique : Antagoniste pyrimidique Précurseur du 5 fluorouracile150 mg
500 mg
 

Indications AMM


D’autres indications hors AMM peuvent parfois être proposées

Posologie - Mode d'administration


2 prises par jour, à heure fixe, dans les 30 minutes après les repas
J1 - J14, reprise à J22 (posologies entre 800 à 1250 mg/m2 )


En continu (posologie à 625 mg/m2 )
D'autres schémas d'administration existent.

La recherche d’un déficit en DPD est obligatoire avant toute initiation d’un traitement par capécitabine (cf. “Conditions de prescription et de délivrance”).

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Gastro-intestinale
Nausées vomissementsTrès fréquent1 à 2

Surveillance de la perte de poids. Alimentation i) fragmentée en plusieurs repas légers, ii) liquide et froide et iii) moins grasse, sans friture ou épices. Prescription possible de traitements antiémétiques.

DiarrhéesTrès fréquent1 à 4

Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruits et légumes crus, laitage, café et alcool. Hydratation abondante. Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques. Surveiller une déshydratation (prudence chez sujet > 80 ans).

StomatitesFréquent1 à 2

Alimentation adaptée en évitant les aliments acides, qui collent et très salés. En prévention, utilisation d’une brosse à dent souple, d’un bain de bouche avec bicarbonate de sodium sans adjonction d’autres produits et éviter les bains de bouches avec menthol. En curatif, prescription possible de bains de bouche avec bicarbonate et  antifongique, et de topiques anesthésiants.

Gastralgie - constipationFréquent1 à 2
Cutanée
Syndrome main piedTrès fréquent1 à 4

Utilisation d’un agent hydratant et/ou de crèmes cicatrisantes sur les mains et pieds. Prescription possible de crèmes kératolytiques à l’urée ou à l’acide salicylique dans les formes hyperkératosiques. Prescription possible de dermocorticoïdes dans les formes inflammatoires. Utilisation possible de semelles orthopédiques +/- orthèses siliconées

Dermatite, sécheresse cutanéeFréquent1 à 4

Utilisation d’un savon doux et d’un agent hydratant, séchage par tamponnement. Exposition au soleil à éviter et utilisation d’un écran total

Générale
FatigueTrès fréquent 

Activités indispensables et celles qui procurent un bien-être à privilégier, activité sportive adaptée et régulière à encourager

Hépatique
Elévation des transaminases, phosphatases alcalines et bilirubineTrès fréquent2 à 3

Surveillance bilan hépatique régulière

Interruption en cas d’élévation de la bilirubine (3 LSN) et des transaminases (2,5 LSN).

Hématologique
NeutropénieTrès fréquent 

Surveillance NFS régulière. Prudence en cas d’association avec un autre cytotoxique. Contacter un médecin si fièvre >38.5°C ou 38°C, 2 fois à 1 heure d’intervalle.

Surveillance de signes évocateurs d’infections (herpes, rhinopharyngite…)

AnémieTrès fréquent 

Surveillance NFS régulière.

ThrombopénieTrès fréquent 

Surveillance NFS, Plaquettes régulière.

Neurologique
Céphalée, paresthésie, vertige, insomnieFréquent 

Les paresthésies sont observées avec le syndrome main-pied

Ophtalmologique
Larmoiement, conjonctivite, irritationFréquent 

Utilisation possible de larmes artificielles ou collyre anti-inflammatoire. Examen ophtalmologique si troubles persistants.

Musculo-squelettique
Douleur des extrémités, douleur dorsales, arthralgiesFréquent 

Prescription possible d’antalgique et d’AINS

Cardiaque
Douleur angineusePeu fréquentSévère avec engagement pronostic vital

Prudence en cas d’antécédent cardiaque. Surveiller les œdèmes des membres inférieurs
Contact médical en urgence en cas de douleur thoracique, dyspnée…

Musculo-squelettique
Anorexie, déshydratation, perte de poidsFréquent 
Neuro-psychiatrique
InsomniesFréquent 
DépressionFréquent 
Affections vasculaires
ThrombophlébitesFréquent 
Affection respiratoires
DyspnéeFréquent 
TouxFréquent 
EpistaxisFréquent 
Infections des voies respiratoires bassesFréquent 

Populations particulières et recommandations


Déficit en DPD: une activité faible ou absente de la DPD (Di-hydropyrimidine déshhydrognase), enzyme impliquée dans la dégradation du 5FU, induit un risque accru d’exposition parfois fatale.

Bilan biologique
Surveillance NFS, bilan hépatique et rénale régulière
Grossesse et allaitement
Grossesse contre-indiquée Contraception obligatoire chez les femmes et les hommes pendant le traitement Allaitement contre-indiqué

Métabolisme et transporteurs


1A22A62B62C82C92C192D62E13A4/5P-gpBCRPUGT1A1UGT1A9CNT1ENT1ENT2OCT1OCT2MATE1MATE2CE.
substrat mineure
inhibiteur mineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


Avec les substrats des CYP 2C9 : Augmentation des concentrations plasmatiques pouvant majorer les effets indésirables  des substrats

Anticoagulants coumariniques

Antiépileptiques: acide valproïque, phénobarbital, phénytoine, Cyclophosphamide, désogestrel, carvedilol, mirtazapine, sertraline

Conseil(s) :

Prudence en cas d’association
Anticoagulants : contrôle régulier de l’INR
Surveillance de la concentration plasmatique de l’antiepileptique

Avec d’autres médicaments :

Immunosuppresseurs : tacrolimus, ciclosporine

Conseil(s) :

Risque d’immunosuppression excessive

Antiacides : pansements gastro-intestinaux

Conseil(s) :

Prise espacée, 2h avant ou après le protecteur gastrique

Radiothérapie

Conseil(s) :

Radio-sensibilisation, adaptation de la posologie en cas d’association (2 000 mg/m2/jour pendant 5 jours tous les 7 jours)

Allopurinol

Conseil(s) :

Association déconseillée, diminution de l’efficacité de la capécitabine.

Interféron alpha

Conseil(s) :

Association à prendre en compte, augmentation de la toxicité gastro-intestinale de la capécitabine

Acide folinique

Conseil(s) :

Association à prendre en compte, augmentation de la toxicité de la capécitabine, adaptation de la posologie en cas d’association

Métronidazole, ornidazole

Conseil(s) :

Association à prendre en compte, augmentation de la toxicité de la capécitabine par diminution de sa clairance

Soruvidine et analogues

Conseil(s) :

Association contre-indiquée
Inhibition de la DPD – Respecter un délai de 4 semaines entre la fin du traitement par soruvidine et le début de traitement par capécitabine.

Avec les vaccins :

Vaccin contre la fièvre jaune

Conseil(s) :

Association contre-indiquée, risque de maladie généralisée

Vaccins vivants atténués

Conseil(s) :

Association déconseillée, prescription d’un vaccin inactivé lorsqu’il existe

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront  de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine): http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php

Nourriture : diminution de l’absorption digestive de la capécitabine

Aliments riches en acide folinique ou compléments alimentaires enrichis en folate contiennent rarement plus de 400 µg/prise d’acide folique. Le risque est limité mais doit être pris en compte en cas d’effet toxique de la capécitabine. Consulter le site de l’ANSES ici pour avoir la teneur en acide folique des aliments.