Fiche mise à jour le 20 décembre 2018

Axitinib – INLYTA®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Inhibiteur des tyrosines kinases VEGFR1, 3, 5 ou 7 mg 

Indications AMM


D’autres indications hors AMM peuvent parfois être proposées

Posologie - Mode d'administration


2 prises par jour, à heure fixe, pendant ou en dehors des repas
En continu

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Cardio-vasculaire
Hypertension artérielleTrès fréquent1 à 4

Mesure de la tension après 20 min de repos. Consultation médicale si PAS > 140 ou PAD > 90 après plusieurs mesures répétées ou PAS > 160 ou PAD > 100 ou hypertension symptomatique. Prescription d’un antihypertenseur possible. Adaptation de la posologie si hypertension sévère ou non contrôlée par le traitement

Thromboses, infarctus, accident vasculaire cérébral…Très fréquent1 à 4

Prudence en cas d’antécédents

Hémorragies (épistaxis, gastrique, hémoptysie)Très fréquent1 à 4
Gastro-intestinale
DiarrhéeTrès fréquent1 à 4

Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool. Hydratation abondante. Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques

Nausée, vomissementsTrès fréquent1 à 4

Nausée : Surveillance de la perte de poids. Alimentation i) fragmentée en plusieurs repas légers, ii) liquide et froide et iii) moins grasse, sans friture ou épices. Prescription possible de traitements antiémétiques

Mucite, hémorragie gingivaleTrès fréquent1 à 2

Mucite : Alimentation adaptée en évitant les aliments acides, qui collent et très salés. En prévention, utilisation d’une brosse à dent souple, d’un bain de bouche avec bicarbonate de sodium sans adjonction d’autres produits et éviter les bains de bouches avec menthol. En curatif, prescription possible de bains de bouche avec bicarbonate et  antifongique, et de topiques anesthésiants

Perforations, fistulesTrès fréquent1 à 2
Fatigue, asthénie
Très fréquent 

Activités indispensables et celles qui procurent un bien-être à privilégier, activité sportive adaptée et régulière à encourager

Cutanée
Syndrome main-piedTrès fréquent1 à 3

Utilisation d’un agent hydratant et/ou de crèmes cicatrisantes sur les mains et pieds. Prescription possible de crèmes kératolytique à l’urée ou à l’acide salicylique dans les formes hyperkératosiques. Prescription possible de dermocorticoïdes dans les formes inflammatoires. Utilisation possible de semelles orthopédiques +/- orthèses siliconées

Rash, sécheresse, pruritTrès fréquent1 à 3

Rash : Utilisation d’un savon doux et d’un agent hydratant, séchage par tamponnement. Exposition au soleil à éviter

Retard à la cicatrisationTrès fréquent1 à 3

Interruption du traitement 24h avant chirurgie et reprise en fonction de la cicatrisation

Diminution de l’appétit, dysgueusie
Très fréquent 

Repas fractionnés en plusieurs prise de petite quantité. Alimentation tiède ou froid, ustensile de cuisine métallique à éviter

Rénale
ProtéinurieTrès fréquent1 à 3

Surveillance régulière. Adaptation si protéinurie modérée ou sévère

HématurieTrès fréquent1 à 3
Endocrinienne
DysthyroïdieTrès fréquent 

Surveillance fonction thyroïdienne régulière
Hypo- et parfois hyperthyroïdie. Apparition 1 à 2 mois après l’initiation

Hépatique
Augmentation des transaminases ou de la bilirubinémieFréquent 

Surveillance fonction hépatique régulière

Hématologique
Augmentation de l’hématocrite et de l’hémoglobineFréquent1 à 3

Surveillance NFS régulière

Anémie, thrombocytopénieFréquent1 à 3

Surveillance NFS régulière

Neurologiques
Céphalées, vertiges, dysphonieTrès fréquent 
Encéphalopathie postérieure réversiblePeu fréquent 

Pour toute information complémentaire concernant les effets indésirables et leur gestion, consulter les « recommandations sur la prévention et la gestion des effets indésirables des anticancéreux par voie orale » de l’Institut National du Cancer

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
Surveillance NFS, bilan hépatique et thyroïdien, protéinurie et hématurie régulière
Grossesse et allaitement
Contraception obligatoire chez les femmes pendant le traitement et 1 semaine après. Allaitement contre-indiqué

Métabolisme et transporteurs


1A22A62B62C82C92C192D62E13A4/5P-gpBCRPUGT1A1UGT1A9CNT1ENT1ENT2OCT2MATE1
substrat mineure mineure majeure
inhibiteur mineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


Avec les inhibiteurs puissants du CYP 3A4 : Augmentation des concentrations plasmatiques pouvant majorer les effets indésirables

Antihypertenseurs et antiarythmiques : amiodarone, diltiazem, verapamil
Antifongiques azolés : 
fluconazole, kétoconazole,  voriconazole, etc.
Antibiotiques macrolides : 
clarithromycine, télithromycine, etc. (sauf spiramycine)
Antirétroviraux inhibiteurs de protéase 
: indinavir, ritonavir, lopinavir/ritonavir, saquinavir, télaprévir, nelfinavir, bocéprévir, etc.
Autre: Cimétidine

Conseil(s) :

Association déconseillée
Si association, une augmentation progressive de la posologie est envisageable.
Prudence en cas d’arrêt de l’inducteur.

Avec les inducteurs puissants du CYP 3A4 : Diminution des concentrations plasmatiques pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Antiépileptiques : carbamazépine, oxcarbazépine, phénytoïne, fosphénytoïne, phénobarbital, primidone
Antibiotiques et autres : rifampicine, rifabutine, efavirenz, bosentan, dexamethasone (usage systémique)

Conseil(s) :

L’association est déconseillée,
Si association, une augmentation progressive de la posologie est envisageable.
Prudence en cas d’arrêt de l’inducteur.

Avec les anti-acides : Diminution de l’absorption digestive pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Anti-H2 : cimétidine, ranitidine
IPP : es/omeprazole, pantoprazole, lansoprazole
Pansements gastro-intestinaux

Conseil(s) :

Association à prendre en compte

Avec les inhibiteurs puissants des CYP 1A2 et 2C19 : Augmentation des concentrations plasmatiques pouvant majorer les effets indésirables

[1A2] : Ciprofloxacine, erythromycine, olanzapine, propranolol, ritonavir

[2C19] : Fluoxetine, ketoconazole, modafinil, oméprazole

Conseil(s) :

Association à prendre en compte

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine): http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php

Inhibiteur du CYP 3A4 : jus de pamplemousse, jus d’orange amère (orange de Séville), Citron vert, Pomélo, Aloe Vera, Chardon Marie, Curcuma, Fenouil, Fenugrec, Fumeterre, Gattilier, Gingembre, Ginko biloba, Ginseng, Grenade, Gui, Harpagophytum, Huanglian,  Lin, Mahonia, Menthe poivrée, Myrtille, Olivier, Orthosiphon, Passiflore, Poivre noire, Prêle,  levure de Riz rouge, Trèfle rouge
Inducteur du CYP 3A4 : Millepertuis, Ail, Aubépine, Echinacée, Kava Kava, Menthe verte, Sauge

Pouvant favoriser une hypertension : Ginkgo Biloba, Orange de Séville, Petit Houx, Réglisse, Yohimbe

Pouvant favoriser une hémorragie : Ail, Angélique de Chine, Arnica, Bardane, Boldo, Bourrache, Café, camomille, Cannelle, Cassis, Chia, Curcuma, Céleri, Fennugrec, Ginkgo Biloba, Griffe de chat, Harpagophytum, Kava, Lavande, Lin, Maté, Onagre, Pélargonium, Piment de Cayenne, Quinine Rouge, Reine des Prés, Romarin, réglisse, Safran, Sauge, Saule, Séné, Thé, Trèfle Rouge, huiles de poisson, vitamine E