Fiche mise à jour le 9 octobre 2019

Alectinib – ALECENSA®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Thérapie ciblée : Inhibiteurs des tyrosines kinases ALK et RET150 mg 

Indications AMM


Cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) avancé,en monothérapie, chez les patients présentant  un réarrangement du gène  anaplastic lymphoma kinase (ALK positif) – en première ligne ou chez les patients adultes préalablement traités par crizotinib.

D’autres indications hors AMM peuvent parfois être proposées.

Posologie - Mode d'administration


2 prises par jour, à heure fixe, au cours des repas
En continu

Conditions de prescription et délivrance


Disponible en pharmacie de ville

Prescription hospitalière réservée aux spécialistes en oncologie ou aux médecins compétents en cancérologie Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement

 

Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Gastro-intestinale
ConstipationTrès fréquent1-2

Alimentation adaptée riche en fibres et hydratation abondante. Exercice physique régulier. Prescription possible de traitements laxatifs

Nausées, vomissementsTrès fréquent1-4

Surveillance de la perte de poids. Alimentation i) fragmentée en plusieurs repas légers, ii) liquide et froide et iii) moins grasse, sans friture ou épices.

Prescription possible de traitements antiémétiques

DiarrhéeTrès fréquent1-4

Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit  et légumes crus, laitage, café et alcool. Hydratation abondante. Prescription

possible de traitements anti-diarrhéiques

StomatiteFréquent1-2

Alimentation adaptée en évitant les aliments acides, qui collent et très salés. En prévention, utilisation d’une brosse à dent souple, d’un bain de bouche avec bicarbonate de sodium sans adjonction d’autres produits et éviter les bains de bouches avec menthol. En curatif, prescription possible de bains de bouche avec bicarbonate et  antifongique, et de topiques anesthésiants

DysgueusieFréquent1-4
Augmentation du poidsTrès fréquent1-4
Affections musculosquelettiques
Myalgie Elevation CPK Très fréquent1-4

Délai apparition: 14 jours,. Surveillance clinique (douleur, sensibilité ou faiblesse musculaire inexpliquées) et biologique (CPK 1x/2 semaines le premier mois puis régulièrement).

Hématologique
AnémieTrès fréquent1-4

Surveillance NFS régulière.

Cardiaque
BradycardieFréquent1-2

Surveillance fréquence cardiaque et tension artérielle. Adaptation si bradycardie symptomatique.

Cutanée
Eruption cutanéeTrès fréquent1-4

Utilisation d’un savon doux et d’un agent hydratant, séchage par tamponnement.

Prescription possible d’antibiotiques ou de corticoïdes topiques, prescription possible de cycline, d’antihistaminique ou de corticoïde par voie oral.

PhotosensibilitéFréquent1-4

Exposition au soleil à éviter et utilisation d’un écran total jusqu’à plus de 7 jours après l’arrêt du traitement

Ophtalmologique
Troubles de la vision (vision trouble, d’atteintevisuelle, de corps flottants vitréens, de diminution de l’acuité visuelle, d’asthénopie et de diplopie)Fréquent1-2

Examen ophtalmologique si troubles persistants

Pulmonaire
Pneumopathies interstitielles / inflammatoirePeu fréquent1-2

Surveillance toux et dyspnée. Arrêt possible du traitement.

Rénale
Augmentation de la créatinémie Lésion rénale aigueFréquent 

Surveillance régulière

Hépatique
Elevation des transaminases, bilirubinémieTrès fréquent1-4

Apparition dans les 3 premiers mois, transitoires et réversibles.
Surveillance bilan hépatique complet régulière (1x / 2 semaines les 3 premiers mois puis régulièrement)
Adaptation posologique ou arrêt de traitement possible :
> ASAT ou ALAT grade ≥ 3 avec bilirubinémie ≤ 2 LSN : interrompre jusqu’résolution à un grade ≤ 1 puis reprise au palier de dose inférieur
> ASAT ou ALAT grade ≥ 2 avec bilirubinémie > 2 LSN : arrêt définitif

Elevation des PALFréquent1-2
Lésion hépatique d’origine médicamenteusePeu fréquent3-4
Généraux
OedèmeTrès fréquentTrès. fréquent 1-4

Odème périphérique, généralisé, palpébral, périorbital, facial ou  localisé.

Pour toute information complémentaire concernant les effets indésirables et leur gestion, consulter les « recommandations sur la prévention et la gestion des effets indésirables des anticancéreux par voie orale » de l’Institut National du Cancer

Populations particulières et recommandations


Insuffisance hépatique : métabolisation hépatique importante, aucune adaptation de la posologie en cas d’insuffisance hépatique légère à modérée. Adaptation à 450 mg x 2/jour en cas d’insuffisance hépatique sévère.

Insuffisance rénale : élimination rénale mineure, aucune adaptation de la posologie en cas d’insuffisance rénale légère à modérée. En l’absence de données, prudence en cas d’insuffsance rénale sévère.

Patients âgés : aucune adaptation de la posologique chez le sujet âgé < 80 ans. Aucune donnée chez les patients > 80 ans.

Patients > 130 kg : données PK disponibles chez les patients  pesant entre 37 et 123 kg. Prudence chez les patients pensant plus de  130 kg, large distribution de l’alectinib, risque de sous dosage.

Population pédiatrique : aucune donnée

Bilan biologique
Surveillance NFS régulière, bilan hépatique complet , CPK
Grossesse et allaitement
Contraception obligatoire chez les femmes et les hommes durant le traitement et jusqu’à 3 mois après l’arrêt du traitement Allaitement contre-indiqué

Métabolisme et transporteurs


1A22A62B62C82C92C192D62E13A4/5P-gpBCRPUGT1A1UGT1A9CNT1ENT1ENT2OCT1OCT2MATE1MATE2CE.
substrat majeure mineure
inducteur mineure mineure
inhibiteur mineure mineuremineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


Avec les inhibiteurs puissants du CYP 3A4 : augmentation des concentrations plasmatiques pouvant majorer les effets indésirables

Antihypertenseurs et antiarythmiques : amiodarone, diltiazem, verapamil
Antifongiques azolés : fluconazole, kétonazole, voriconazole, etc.
Antibiotiques macrolides : clarithromycine, télithromycine, etc. (sauf spiramycine) Antirétroviraux inhibiteurs de protéase : indinavir, ritonavir, lopinavir/ritonavir, saquinavir, telaprevir, nelfinavir, boceprevir, etc.
cimétidine

Conseil(s) :

Association à prendre en compte. Suivi clinique et pharmacologique recommandé en cas d’association

Avec les inducteurs puissants du CYP 3A4 : diminution des concentrations plasmatiques pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Antiépileptiques : carbamazépine, phénytoïne, fosphénytoïne, phénobarbital, primidone
Antibiotiques : rifampicine, rifabutine Efavirenz,  oxcarbazepine, bosentan

Conseil(s) :

Association à prendre en compte.

Suivi clinique et pharmacologique recommandé en cas d’association

 

Avec les substrats de la P-gp : augmentation des concentrations plasmatiques des substrats pouvant majorer leurs effets indésirables

Cardiovasculaires : digoxine, rivaroxaban, dabigatran
Antirétroviraux : saquinavir, maraviroc
Immunodépresseurs : ciclosporine, tacrolimus, sirolimus, éverolimus
Loperamide, ondansetron

Conseil(s) :

Surveillance clinique et pharmacologique en cas d’association

Avec les substrats de la BCRP ou 2B6: augmentation des concentrations plasmatiques des substrats pouvant majorer leurs effets indésirables

BCRP] anticancéreux : methotrexate, mitoxantrone, imatinib, irinotecan, lapatinib, topotecan
[BCRP] rosuvastatine, sulfasalazine

Conseil(s) :

Surveillance clinique et pharmacologique en cas d’association

[2B6] Contraceptifs oraux

Conseil(s) :

Recommander une autre méthode contraceptive

Avec les médicaments bradycardisants

Antihypertenseurs
Bêta-bloquants
Anti-arythmiques : amiodarone, disopyramide, dronedarone, hydroquinidine, quinidine
Anticalciques : clonidine, diltiazem, verapamil
Anticholinestérasiques (alzheimer): ambenonium, donepezil, galantamine neostigmine, pyridostigmine, rivastigmine
Autres : digoxine, ivabradine, mefloquine, midodrine, pilocarpine

Conseil(s) :

Association à réévaluer en cas de bradycardie sévère ou symptomatique

 

 

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte.

Inhibiteur du CYP 3A4 : jus de pamplemousse, jus d’orange amère (orange de Séville), Citron vert, Pomélo, Aloe Vera, Chardon Marie, Curcuma, Fenouil, Fenugrec, Fumeterre, Gattilier, Gingembre, Ginko biloba, Grenade, Gui, Harpagophytum, Huanglian, Lin, Mahonia, Menthe poivrée, Myrtille, Olivier, Orthosiphon, Passiflore, Poivre noire, Prêle, levure de Riz rouge, Trèfle rouge

Inducteur du CYP 3A4 : Millepertuis, Ail, Aubépine, Echinacée, Kava Kava, Menthe verte, Sauge

Pouvant favoriser une hépatotxicité : Actée à grappes, Boldo, Cannelier de Chine, Chardon à glu, Créosotier, Eupatoire perfoliée, Germandrée petit chêne, Grande consoude, Hoffe, Impila, Jin Bu Huan, Kava, Menthe pouliot, Palmier de Floride Pelargonium, Persil, Petit Houx, Polygonum multiflorum, Prêle, Scutellaire latériflore, Thé, Tusanqi, Tussilage, levure rouge de riz