Fiche mise à jour le 10 juin 2020

Talazoparib TALZENNA®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Inhibiteurs des PARP0,25mg
1 mg
 

Indications AMM


Cancer du sein localement avancé ou métastatique HER2 négatif et présentant des mutations germinales BRCA1/2, en monothérapie après un traitement (néo)adjuvant par une anthracycline et/ou un taxane, sauf s’ils n’étaient pas éligibles à ce type de traitement. Les patients atteints d’un cancer du sein positif aux récepteurs hormonaux (RH) doivent préalablement avoir reçu une hormonothérapie ou être considérés comme non-éligibles à une hormonothérapie.

D’autres indications hors AMM peuvent parfois être proposées.

Posologie - Mode d'administration


Une prise par jour, à heure fixe, pendant ou en dehors d'un repas
En continu J1-J28

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Généraux
FatigueTrès fréquent à fréquent1 à 3

Activités indispensables et celles qui procurent un bien-être à privilégier, activité sportive adaptée et régulière à encourager.

AnorexieTrès fréquent à rare1 à 3

Repas fractionnés en plusieurs prise de petite quantité

Neurologique
CéphaléeTrès fréquent à fréquent1 à 3

Prescription d’antalgiques possible

DysgueusieFréquent1 à 2

Alimentation tiède ou froid, ustensile de cuisine métallique à éviter

Vertige/ étourdissementTrès fréquent1 à 2
Cutanée
AlopécieTrès fréquent1 à 2
Gastro-intestinale
DiarrhéeTrès fréquent à rare1 à 3

Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool. Hydratation abondante. Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques.

DyspepsieFréquent1 à 2
Nausée/ vomissementTrès fréquent à fréquent1 à 3

Surveillance de la perte de poids. Alimentation fragmentée en plusieurs repas légers, liquide et froide et  moins grasse, sans friture ou épices. Prescription possible de traitements antiémétiques.

StomatiteFréquent1 à 2

Alimentation adaptée en évitant les aliments acides, qui collent et très salés. En prévention, utilisation d’une brosse à dent souple, d’un bain de bouche avec bicarbonate de sodium sans adjonction d’autres produits et éviter les bains de bouches avec menthol. En curatif, prescription possible de bains de bouche avec bicarbonate et  antifongique, et de topiques anesthésiants.

Hématologique
Anémie leucopénie neutropénie thrombopénie Très fréquent1 à 3

Surveillance de la NFS mensuellement.
Arrêt du traitement si PNN ≤ 1G/L, ou plaquettes ≤ 50 G/L, ou hémoglobine ≤ 8 g/dL

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
NFS, plaquettes (avant l'initiation puis mensuelle)
Grossesse et allaitement
Contraception obligatoire chez les femmes et les hommes durant le traitement et 7 mois après. Grossesse contre-indiquée. Allaitement contre-indiqué pendant le traitement et au moins 1 mois après la dernière dose.

Métabolisme et transporteurs


P-gpBCRP
substratmajeuremineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


  • Avec les inhibiteurs puissants de la P-gp : augmentation des concentrations plasmatiques pouvant majorer les effets indésirables

Amiodarone, diltiazem, verapamil, propranolol, carvédilol,  ciclosporine, tacrolimus, fluconazole, kétoconazole, itraconazole, clarithromycine, fluoxétine, paroxétine, sertraline,  atorvastatine, tamoxifène

Conseil(s) :

Adaptation posologique en cas d’association (dose intiale : 0.75 mg x1/jour). Surveillance clinique et pharmacologique.

  • Avec les inducteurs de la P-gp : diminution des concentrations plasmatiques pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Rifampicine, rifabutine, carbamazépine, névirapine

Conseil(s) :

A prendre en compte. Surveillance clinique et pharmacologique en cas d’association.

  • Avec les inhibiteurs de la BCRP : augmentation des concentrations plasmatiques pouvant majorer les effets indésirables

Ciclosporine

Conseil(s) :

En l’absence de données, surveillance clinique et pharmacologique en cas d’association.

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur le site thériaque (Hedrine)

Inhibiteurs P-gp : Pamplemousse, Pomélo, Thé

Inducteurs P-gp : Millepertuis

Inhibiteurs de la BCRP : Curcuma

Pouvant favoriser une hématotoxicité : Olivier, Luzerne