SFPO ONCOLIEN
Un commentaire, une suggestion ?
Fiche mise à jour le 28 janvier 2024
Télécharger la fiche au format PDF

IDARUBICINE CHLORHYDRATE - ZAVEDOS®

Présentation

Classification médicamenteuse Dosage Photographies
Cytotoxique : Anthracycline = agent intercalant, inhibiteur de topoisomérase II Flacons de 1 gélule à 5, 10 ou 25 mg

Indications AMM

Leucémie aiguë myéloblastique, non hyperleucocytaire, identifiable dans la classification FAB, LAM3 exceptée, chez le sujet âgé de plus de 60 ans, dans les circonstances suivantes :

D’autres indications hors-AMM peuvent parfois être proposées.

Posologie - Mode d'administration

Une seule prise par semaine OU Une prise par jour pendant 3 jours à heure fixe, au cours d'un repas léger
       
J1 reprise à J8 OU 3 jours consécutifs

J1

J2

J7

J8

Conditions de prescription et délivrance

Disponible en pharmacie de ville. Prescription hospitalière réservée aux spécialistes en oncologie ou en hématologie ou aux médecins compétents en cancérologie. Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement :

Effets indésirables

Toxicité Fréquence Grade Surveillance/Prévention
Hématologique
Leucopénies, anémies, thombocytopénies, pancytopénies, neutropénies, neutropénies fébrilesHypoplasie médullaire et myelosuppression TRES FREQUENT 2-3

Dose-dépendante, réversible, non cumulative. Surveillance NFS régulière. Surveillance des signes d'alertes, notamment fièvre et frissons : consultation médicale si T° > 38,5°C Contact avec des personnes malades à éviter > Arrêt si PNN <1G/L Plq <50G/L ou Hb<8g/dL.

Métabolisme et nutrition
Anorexie TRES FREQUENT

Repas fractionnés en plusieurs prises de petites quantités

Cardiaque
Tachycardie sinusale, tachyarythmies, bradycardie, diminution asymptomatique de la fraction d'éjection ventriculaire gauche TRES FREQUENT

Cumulative (400mg/m²), dose dépendante, irréversible. Surveillance clinique, ECG réguliers.

Cardiomyopathies FREQUENT
Vasculaire
Phlébites, TVP, hémorragies FREQUENT

Surveillance des patients à risque (anticoagulants, antiagrégants plaquettaires…)

Gastro-intestinales
Nausées, vomissements TRES FREQUENT 2

Surveillance de la perte de poids, alimentation fragmentée en plusieurs repas légers, liquide et froide, moins grasse, sans friture ni épices. Prescription possible d’antiémétiques

Diarrhées TRES FREQUENT 2

Alimentation pauvre en fibre, hydratation abondante, éviter laitage, café, alcool, fruits et légumes crus. Prescription possible d’anti-diarrhéiques. Surveiller une déshydratation

Mucite/stomatite, douleurs abdominales, sensations de brûlures TRES FREQUENT 2-3

Éviter les aliments acides, collants ou très salés. Utilisation d’une brosse à dent souple, bains de bouche au bicarbonate de sodium possibles (éviter menthol).

Hémorragies du tractus gastro-intestinal, coliques FREQUENT
Cutanée
Alopécie TRES FREQUENT

Réversible a l’arrêt du traitement

Rash, prurit FREQUENT

Utilisation d’un savon doux et d’un agent hydratant, exposition au soleil à éviter et utilisation d’écran total

Syndrome main pied .

En cas d’association à la cytarabine. Utilisation d'un agent hydratant et/ou de crèmes cicatrisantes sur les mains et pieds.

Prescription possible de crèmes kératolytique à l'urée ou à l'acide salicylique dans les formes hyperkératosiques Utilisation possible de semelles orthopédiques +/- orthèses siliconées

Rénale
Coloration des urines en rouge TRES FREQUENT

Prévenir le patient de la coloration rouge des urines 1-2 jours après la prise.

Hépatique
Elévation des transaminases et de la bilirubine TRES FREQUENT

Surveillance, modification de la posologie ou arrêt du traitement possible

Généraux
Fièvre, céphalées, frissons TRES FREQUENT

Surveillance de la température, consultation médicale si T>38,5°C

Populations particulières et recommandations

Insuffisance hépatique : métabolisation hépatique importante. Elimination biliaire. Adaptation de la posologie en cas d’insuffisance hépatique (bilirubine comprise entre 30 et 50 µmol/L : réduction de 50% de la dose). Arrêt du traitement en cas de bilirubinémie > 50µmol/L. Contre-indiqué en cas d’insuffisance hépatique sévère.

Insuffisance rénale : Elimination rénale mineure. Adaptation de la posologie en cas d’insuffisance rénale (Cl comprise entre 10 et 30mL/min : réduction de 30% de la dose). Contre-indiqué en cas d’insuffisance rénale sévère.

Population pédiatrique : Aucune donnée disponible

Bilan biologique

Surveillance régulière : bilan hépatique, rénal , NFS et plaquettes

Grossesse et allaitement

Grossesse et allaitement contre-indiqué (traitement réservé aux patients > 60 ans)

Surveillance clinique

Cardiaque : ECG, Doppler, échographie avant et pendant traitement

Annexe M5: Métabolismes et transporteurs

CYP2C9 CYP2D6
Substrat
Inducteur
Inhibiteur
Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures

Avec certains vaccins : risque de maladie vaccinale généralisée éventuellement mortelle

Vaccins vivants atténués : contre fièvre jaune, varicelle, zona, rougeole, oreillons, rubéole, tuberculose, rotavirus,  certains vaccins contre la grippe

Conseil(s) :

Association contre-indiquée jusqu’à 6 mois après l’arrêt du traitement. Prescription possible de vaccins inactivés (exemple grippe)

Avec les anti-acides : diminution de l’absorption digestive de l’idarubicine, pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique.

  • Anti-H2 = cimetidine, ranitidine
  • Pansements gastro-intestinaux
  • IPP = es/oméprazole, pantoprazole, lansoprazole
Conseil(s) :

Association contre-indiquée.

Avec certains médicaments majorant la toxicité de l’idarubicine

Olaparib

Conseil(s) :

Association déconseillée. Majoration de la myélosuppression. Surveillance clinique et biologique en cas d’association.

Immunosuppresseurs : tacrolimus, ciclosporine, everolimus, sirolimus, temsirolimus

Conseil(s) :

Association à prendre en compte. Immunodépression excessive avec risque de syndrome lymphoprolifératif

Flucytosine

Conseil(s) :

Association à prendre en compte. Risque de majoration de la toxicité hépatique. Surveillance biologique en cas d’association.

Avec d’autres médicaments

Phénytoïne et fosphénytoïne

Conseil(s) :

Association déconseillée. Majoration du risque de convulsion par diminution de l’absorption digestive de l’anti-épileptique. Induction enzymatique par la phényoïne pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique de l’idarubicine.

Antivitamine K

Conseil(s) :

Précaution d’emploi. Surveillance de l’INR.

Interactions avec la phytothérapie

Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte.

Pouvant majorer une hématotoxicité  :

Luzerne, Olivier