Fiche mise à jour le 24 septembre 2021

Hydroxycarbamide – HYDREA®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Cytotoxique antimétabolite : inhibition de la synthèse de la Ribonucléotide reductase500 mg 

Indications AMM


D’autres indications hors AMM peuvent parfois être proposées.

Posologie - Mode d'administration


Une prise par jour, à heure fixe, pendant ou en dehors du repas
En continu J1-J28

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Gestro-intestinales
Nausées, vomissements Très fréquent 

Surveillance de la perte de poids. Alimentation i) fragmentée en plusieurs repas légers, ii) liquide et froide et iii) moins grasse, sans friture ou épices. Prescription possible de traitements antiémétiques.

DiarrhéeTrès fréquent 

Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool.
Hydratation abondante.
Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques.

ConstipationTrès fréquent 

Alimentation adaptée riche en fibres et  hydratation abondante.
Exercice physique régulier.
Prescription possible de traitements laxatifs.

Stomatite, mucite Aphtes buccaux Très fréquent 

Alimentation adaptée en évitant les aliments acides, qui collent et très salés. En prévention, utilisation d’une brosse à dent souple, d’un bain

de bouche avec bicarbonate de sodium sans adjonction d’autres produits et éviter les bains de bouches avec menthol.

Prescription possible de bains de bouche avec bicarbonate et antifongique, et de topiques anesthésiants

Hématologiques
Anémie, leucopénie, thrombopénieTrès fréquent 

Surveillance de la NFS régulière. Arrêt du traitement si PNN ≤ 1G/L, ou plaquettes ≤ 100 G/L, ou hémoglobine ≤ 8 g/dL

Diminution des CD4Très fréquent 
LeucémieFréquence indeterminée 

Imputabilité incertaine

Infection
Infections FièvreTrès fréquent 

Surveillance des signes d’alertes, notamment  fièvre et frissons : consultation médicale si  T° > 38,5°C
Vaccination recommandée: grippe,  pneumocoque. Contact avec des personnes malades à éviter

Hépatique et pancréatique
Hépatotoxicité,
Augmentation des enzymes héptiques
Fréquent 

Surveillance par un bilan hépatique régulier. Adaptation posologique ou arrêt de traitement possible

Prudence chez les patients sous antirétroviraux

PancréatiqueFréquence indeterminée 

Surveillance par un bilan pancréatique (amylase et lipase)  régulier

Cutanée
Rash Prurit,
hyperpigmentation,
Eruption cutanée, dermite acnéiforme
Très fréquent 

Utilisation d’un savon doux et d’un agent hydratant, séchage par tamponnement.

Exposition au soleil à éviter et utilisation d’un écran total. Prescription possible d’antibiotiques ou de corticoïdes topiques, prescription possible de cycline, d’antihistaminique ou de corticoïde par voie orale.

Toxicité unguéale: paronychie,
peryonixis
pigmentation des ongles
 

Traumatismes à éviter, coupure des ongles droits et pas trop courts
Traitement possible par antiseptique et  corticoïdes locaux

AlopécieTrès fréquent 
Vascularite cutanéeFréquent à peu fréquent 

En association avec interféron. Arrêt du traitement

Cancer cutanéFréquent 

Exposition au soleil à éviter. Surveillance par un examen cutané régulier.

Organes de reproduction et sein
Oligo et azoospermieTrès fréquent 

En général réversible. Conservation des gamètes ou cryoconservation à prévoir si besoin.

Troubles du métabolisme et de la nutrition
Syndrome de lyseRare 

Patients à risque : masse tumorale élevée, comorbidités, anomalie de la fonction rénale Symptômes : N/V, diarrhée, crampes ou contractions musculaires, mictions moins fréquentes, confusion, crises épilepsies…
Surveillance par un bilan biochimique (potassium, acide urique, phosphore, calcium et créatinine). Hydratation abondante. Hydratation possible par voie intraveineuse. Prescription possible d’agents hypo-uricémiants.

AnorexieTrès fréquent 

Repas fractionnés en plusieurs prise de petite quantité

Neurologiques et psychiatriques
Hallucination, désorientationFréquent 

Prudence lors de la conduite automobile

Convulsions, vertiges, neuropathie périphérique, somnolence, céphaléesFréquent 

Prescription possible d’antiépileptiques ou d’antidépresseurs

Pulmonaire
Pneumopathie interstitielleFréquence indeterminée 

Surveillance toux et dyspnée, consultation médicale si majoration des symptômes

Rénale
Dysurie,
augmentation de la créatinémie, de l'urémie et l'uricémie
Très fréquent 

Surveillance régulière

Généraux
Fièvre, frissonsTrès fréquent 

Forte fièvre (> 39°C) non-infectieuse rapportée, isolée ou associée à des manifestations gastro-intestinales, pulmonaires, musculosquelettiques, hépatobiliaires, dermatologiques ou cardiovasculaires.

Délai médian d’apparition : 6 semaines après initiation

Résolutive à l’arrêt de l’hydroxycarbamide. La fièvre est réapparue dans les 24 heures suivant la reprise du traitement.

Asthénie 

Pour toute information complémentaire concernant les effets indésirables et leur gestion, consulter les « recommandations sur la prévention et la gestion des effets indésirables des anticancéreux par voie orale » de l’Institut National du Cancer

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
NFS, plaquettes (hebdomadaire en début de traitement), Folatémie, uricémie (régulier), Bilan rénal, biochimique, hépatique et pancréatique régulier
Grossesse et allaitement
Grossesse contre-indiquée Contraception obligatoire chez les hommes et les femmes pendant le traitement et 6 mois après Allaitement contre-indiqué
Surveillance clinique
Symptômes respiratoires (apparition ou aggravation d’une toux), dermatologique (examen cutané réguliers)

Interactions médicamenteuses majeures


  • Avec les vaccins : risque de maladie vaccinale généralisée mortelle

Vaccin contre la fièvre jaune

Conseil(s) :

Contre indiquée

Vaccin vivants atténués

Conseil(s) :

Association déconseillée, Privilégier un vaccin inactivé

  • Phénytoine, fosphénytoine : Risque de convulsion par diminution de l’absorption de la phénytoine ou d’échec thérapeutique de l’hydroxycarbamide par augmentation du  métabolisme hépatique

Phénytoine, fosphénytoine

Conseil(s) :

Surveillance clinique en cas d’association

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine): http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php