Fiche mise à jour le 28 décembre 2020

Enasidenib – IDHIFA®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Cytotoxique : inhibiteur de l’isocitrate deshydrogénase II50 mg
100 mg
 

Indications AMM


ATU :

Leucémie aiguë myéloïde en monothérapie, en rechute ou réfractaire, IDH 2 positive, en rechute cytologique confirmée :

Posologie - Mode d'administration


Une prise par jour, à heure fixe, pendant ou en dehors d'un repas
En continu J1-J28

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
HEMATOLOGIQUES
Syndrome de dédifférenciation Leucocytose Très fréquent1 à 4

Survenu entre le 10ème jour et dans les 5 premiers mois de traitement.

Surveillance de la survenue des différents symptômes évocateurs : dyspnée, fièvre, lymphadénopathies, douleurs osseuses, prise de poids rapide, insuffisance rénale

Prescription possible de corticoïdes. Arrêt de l’enasidenib si persistance des symptômes > 48h

En cas de leucocytose, prescription possible d’hydroxyurée. Arrêt de l’enasidenib en l’absence d’amélioration sous hydroxyurée

GASTRO-INTESTINAles
Nausées, vomissementsTrès fréquent1 à 4

Surveillance de la perte de poids. Alimentation i) fragmentée en plusieurs repas légers, ii) liquide et froide, iii) moins grasse, sans friture ou épices.

Prescription possible de traitements antiémétiques.

DiarrhéesTrès fréquent1 à 4

Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool. Hydratation abondante.

Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques.

METABOLIQUES
Syndrome de lyse tumoraleFréquent1 à 4

Patients à risque : masse tumorale élevée, comorbidités, anomalie de la fonction rénale

Symptômes : N/V, diarrhée, crampes ou contractions musculaires, mictions moins fréquentes, confusion, crises épilepsies…

Surveillance par un bilan biochimique (potassium, acide urique, phosphore, calcium et créatinine).

Hydratation abondante. Prescription possible d’agents hypo-uricémiants.

HyperbilirubinémieTrès fréquent1 à 4

Surveillance par un bilan hépatique régulier. Adaptation à 50 mg par jour si bilirubinémie > 3N pendant 2 semaines consécutives.

Hypocalcémie, Hypokaliémie, HypophosphorémieTrès fréquentTrès Fréquent 1 à 4

Surveillance par un bilan biologique régulier.

RESPIRATOIRES
Œdème pulmonaire, Syndrome de détresse respiratoire aiguFréquent 
GENERAUX
DysgueusieTrès fréquent1 à 2

Alimentation tiède ou froid, ustensile de cuisine métallique à éviter

Diminution de l’appétitTrès fréquent1 à 4

Repas fractionnés en plusieurs prise de petite quantité

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
Surveillance NFS, bilan biochimique (potassium, acide urique, phosphore, calcium et créatinine), bilan hépatique
Grossesse et allaitement
Contraception obligatoire chez l’homme et la femme pendant le traitement et 1 mois après l’arrêt
Surveillance clinique
Surveillance des symptômes associés au risque de syndrome de différenciation : dyspnée, fièvre, lymphadénopathies, douleurs osseuses, prise de poids rapide, insuffisance rénale

Métabolisme et transporteurs


1A22B62C82C92C192D63A4/5P-gpBCRPUGT1A1UGT1A9OCT2UGT1A3UGT1A4OATP1B1OATP1B3
substratmineuremineuremineuremineuremineuremineuremineuremineuremineuremineuremineure
inducteurmineure
inhibiteurmineuremineuremineuremineuremineuremineuremineuremineuremineuremineuremineuremineuremineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


EFFETS DES AUTRES MEDICAMENTS SUR LE METABOLISME DE L’ENASIDENIB :

  • Avec les inducteurs puissants des cytochromes : diminution des concentrations plasmatiques pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique.
  • IPP : Oméprazole [1A2]
  • Anti-infectieux : Rifampicine [1A2, 2C9, 2C19, 2C8, 3A4], rifabutine [3A4]
  • Antiépileptiques : phénobarbital [1A2], phénytoïne [2C9], carbamazépine [2C9], oxcarbazépine [3A4], primidone [3A4]
  • Autres : tabac [1A2, UGT], alcool [2C9], efavirenz [3A4], bosentan [3A4], dexamethasone [3A4]
Conseil(s) :

Prudence en l’absence de données in vivo

  • Avec inhibiteurs puissants des cytochromes : augmentation des concentrations plasmatiques pouvant majorer les effets indésirables.
  • Antibiotiques : ciprofloxacine [1A2] , erythromycine [1A2], triméthoprime [2C8, 2C9], métronidazole [2C9], macrolides sauf spiramycine [3A4]
  • Anti-arythmique : amiodarone [2C9, 2D6, 3A4], flécaïnide [2D6], quinidine [2D6], diltiazem [3A4], verapamil [3A4]
  • B-bloquant : propranolol [1A2]
  • Antipsychotique : olanzapine [1A2], chlorpromazine [2D6], clomipramine [2D6], lévomépromazine [2D6], halopéridol [2D6], rispéridone [2D6]
  • Antirétroviraux : ritonavir [1A2, 3A4], tipranavir [2D6]
  • Antifongiques : kétoconazole [2C19, 3A4], fluconazole [2C9, 3A4], voriconazole [3A4]
  • Antiacides : oméprazole [2C19], cimétidine [2C9, 2D6, 3A4]
  • Antidépresseur : fluoxétine[2C19, 2D6], paroxétine [2D6]
  • Autres : modafinil [2C19], montélukast [2C8], gemfibrozil [2C8], acide méfénamique [UGT1A9], acide niflumique [UGT1A9], levothyroxine [UGT1A9]
Conseil(s) :

Prudence en l’absence de données in vivo

EFFETS DE L’ENASIDENIB SUR LE METABOLISME D’AUTRES MEDICAMENTS :

  • Avec certains substrats des CYP
  • Anti-arythmiques : vérapamil [1A2, 3A4], flécainide [2D6], diltiazem [2D6, 3A4], amiodarone [3A4, P-gp], digoxine [3A4]
  • B-bloquants : propranolol [1A2, 2D6], carvédilol [2C9, 2D6], métoprolol [2D6], timolol [2D6]
  • Anticoagulant : clopidogrel [2B6], prasugrel [2B6, 3A4] warfarine [2C9, 3A4], fluindione [3A4], acenocoumarol [3A4], ticagrelor [3A4], rivaroxaban [P-gp], dabigatran [P-gp]
  • Antipsychotique : clozapine [1A2, 2C19, 3A4], halopéridol [2D6], rispéridone [2D6]
  • Benzodiazépine /hypnotiques : zolpidem[1A2], alprazolam [3A4]
  • Antidépresseurs : sertraline [2B6], mirtazapine [2C9], sertraline [2C9], amitriptyline [2C19, 2D6, 3A4], citalopram [2C19], clomipramine [2D6], duloxétine [2D6], fluoxétine[2D6], fluvoxamine[2D6], imipramine [2D6], miansérine [2D6], paroxétine[2D6], venlafaxine[2D6]
  • Antiépileptique : acide valproïque [2C9, 2C19], phénobarbital [2C9, 2C19], phénytoïne [2C9], carbamazepine [3A4]
  • Analgésiques : codéine [2D6], méthadone [2D6, 3A4], tramadol [2D6], dextrométhorphane [2D6], oxycodone [2D6], fentanyl [3A4]
  • Antirétroviraux : efavirenz [2B6, 3A4], névirapine [2B6, 3A4], atazanavir [3A4], darunavir [3A4], etravirine [3A4], fosamprenavir [3A4], nelfinavir [3A4], ritonavir [3A4], saquinavir [3A4, P-gp]
  • Contraceptifs : desogestrel [2C9]
  • Immunosuppresseurs [3A4, P-gp] : ciclosporine, tacrolimus, sirolimus, éverolimus
  • Autres : mélatonine [1A2], théophylline [1A2], tamoxifène [2D6], colchicine [3A4]
Conseil(s) :

Prudence en l’absence de données in vivo. Surveillance de l’INR en cas d’association avec un AVK. Contraception mécanique recommandée

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine): http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php

Phytothérapie hépatotoxique : Actée à grappes, Boldo, Cannelier de Chine, Chardon à glu, Créosotier, Eupatoire perfoliée, Germandrée petit chêne, Grande consoude, Hoffe, Impila, Jin Bu Huan, Kava, Menthe pouliot, Palmier de Floride Pelargonium, Persil, Petit Houx, Polygonum multiflorum, Prêle, Scutellaire latériflore, Thé, Tusanqi, Tussilage, levure rouge de riz

Inducteur du CYP3A4 : Millepertuis, Ail, Aubépine, Echinacée, Kava Kava, Menthe verte, Sauge

Inhibiteur du CYP3A4 : jus de pamplemousse, jus d’orange amère (orange de Séville), Citron vert, Pomélo, Aloe Vera, Chardon Marie, Curcuma, Fenouil, Fenugrec, Fumeterre, Gattilier, Gingembre, Ginko biloba, Ginseng, Grenade, Gui, Harpagophytum, Huanglian, Lin, Mahonia, Menthe poivrée, Myrtille, Olivier, Orthosiphon, Passiflore, Poivre noire, Prêle, levure de Riz rouge, Trèfle rouge

Inducteur de l’UGT : Aubépine, Canneberge, Pissenlit, Thé

Inhibiteur de l’UGT : Ginkgo Biloba, Chardon Marie, Jus de Noni, Orthosiphon, Poivre noir, Thé, Valériane