Fiche mise à jour le 9 octobre 2019

Busulfan – MYLERAN ®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Cytotoxique : agent alkylant2 mg non sécable, Flacon de 25 comprimés  

Indications AMM


Posologie - Mode d'administration


Une prise par jour, à heure fixe, pendant ou en dehors du repas

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Hématologique
thrombopénie, leucopénie, anémie, agranulocytoseTrès fréquent1/10

Surveillance NFS chaque semaine en phase d’induction, et avant chaque début de cycle pour les autres schémas.

Surveillance des signes évocateurs d’infection.

Affections gastro-intestinales
Nausées, vomissementsTrès fréquent 
  • Surveillance de la perte de poids.
  • Alimentation i) fragmentée en plusieurs repas légers, ii) liquide et froide et iii) moins grasse, sans friture ou épices.
  • Prescription possible de traitements antiémétiques.
  • Vomissements : en cas de vomissement >1 par 24h, arrêt du traitement et adaptation posologique à voir avec le spécialiste.
diarrhéeTrès fréquent 
  • Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool.
  • Hydratation abondante.
  • Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques.
  • Arrêt du traitement si ≥ 4 selles / jour.
stomatitesTrès fréquent 

Alimentation adaptée en évitant les aliments acides, qui collent et très salés. En prévention, utilisation d’une brosse à dent souple, d’un bain de bouche avec bicarbonate de sodium sans adjonction d’autres produits et éviter les bains de bouches avec menthol. En curatif, prescription possible de bains de bouche avec bicarbonate isotonique et  antifongique, et de topiques anesthésiants

Pulmonaire
pneumopathie interstitielle Rare 
  • Surveillance toux et dyspnée, consultation médicale si majoration des symptômes.
  • Arrêt du traitement. Risque de fibrose interstitielle diffuse et/ou de surinfection.
  • Facteurs de risque : fortes doses, radiothérapie

 

Hépatique
Maladie veino-occlusiveRare 
  • Surveillance par un bilan hépatique régulier.
  • Surveillance clinique : ictère, ascite, prise de poids.
Toxicité cutanée
HyperpigmentationFréquent 

En particulier chez les sujets ayant la peau brune. Elle est souvent plus marquée au niveau du cou, du thorax, des mamelons, des plis abdominaux et palmaires.

Alopécie 

A fortes doses. Réversible.

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
NFS, plaquettes, bilan hépatique
Grossesse et allaitement
Contraception obligatoire chez les femmes et les hommes pendant le traitement. Allaitement contre-indiqué.

Interactions médicamenteuses majeures


Avec certains vaccins : risque de maladie vaccinale généralisée mortelle.

Vaccins vivants : Vaccin contre la fièvre jaune

Conseil(s) :

Association contre-indiquée.

Vaccins vivants atténués : gastro-entérite, certains virus contre la grippe, oreillons, rougeole, rubéole, tuberculose, varicelle, zona

Conseil(s) :

Association déconseillée. Utiliser un vaccin inactivé lorsqu’il existe (grippe).

Avec certains médicaments modifiant le métabolisme du busulfan : augmentation des concentrations plasmatiques pouvant majorer certains effets indésirables

Phénytoïne

Conseil(s) :

Association contre-indiquée si prescrit en prophylaxie. Majoration de la neurotoxicité par augmentation du métabolisme hépatique du busulfan par la phénytoïne

Itraconazole

Conseil(s) :

Association déconseillée. Diminution de la clairsance du busulfan (20%). En cas d’association, surveillance NFS hebdomadaire.

Métronidazole

Conseil(s) :

Association déconseillée. Augmnetation des concentrations plasmatiques du busulfan (+80% si associé à 1200 mg/jour de métronidazole)

Paracétamol

Conseil(s) :

Association déconseillée. Compétition lors du métabolisme par la glutathione-S-transferase. Eviter l’administration 72h avant et 72h après la prise du busulfan.

Avec d’autres médicaments

Antivitamine K

Conseil(s) :

Surveillance de l’INR

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte.

Il n’existe pas d’interaction connue cliniquement significative avec la phytothérapie. Le fait que le métabolisme hépatique du busulfan soit médié par la glutathion-S-transférase invite à la prudence en cas de consommation de thérapies complémentaires utilisant ou inhibant ces mêmes voies.