Fiche mise à jour le 21 décembre 2020

Bexarotene – TARGRETIN ®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Autre agent antineoplasique : inducteur de différenciation (famille des rétinoïdes)75mg 

Indications AMM


Lymphomes cutanés T épidermotropes (LCT) de l’adulte, au stade avancé et réfractaires à au moins un traitement systémique.

Posologie - Mode d'administration


Une prise par jour, à heure fixe, pendant un repas
En continu J1-J28

Conditions de prescription et délivrance


Disponible en pharmacie de ville

Prescription hospitalière réservée aux médecins spécialisés en cancérologie, hématologie et oncologie médicale

Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement :

Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
HEMATOLOGIQUE
Anémie, leucopénieTrès fréquent1-2

Surveillance de la NFS régulière.
Arrêt du traitement si PNN ≤ 1G/L, ou hémoglobine ≤ 8 g/dL

ENDOCRINIEN
HypothyroïdieTrès fréquent1 -2

Surveillance par un bilan thyroïdien régulier

(effectuer un dosage T4 + TSH) avant le traitement puis mensuellement, réversible à l’arrêt.

OPHTALMOLOGIQUE
Sécheresse, irritation conjonctivale Conjonctivites Fréquent 

Utilisation possible de larmes artificielles ou collyre anti-inflammatoire

Consultation ophtalmologiste si troubles persistants

Risque d’opacité du cristallin (réversible)

CUTANEE
Photosensibilité
Rash, Prurit Dépigmentation
Très fréquent 

Utilisation d’un savon doux et d’un agent hydratant, séchage par tamponnement. Exposition au soleil à éviter et utilisation d’un écran total
Prescription possible d’antibiotiques ou de corticoïdes topiques, prescription possible de cycline, d’antihistaminique ou de corticoïde par voie orale

Dermatite, sécheresse, acnéPeu fréquent 
CARDIOVASCULAIRE
Œdèmes périphériquesFréquent 

Surveillance de la prise de poids, habits adaptés avec vêtements, chaussettes et chaussures non serrés. Prescription possible de diurétiques

HEPATIQUE
Augmentation des transaminases 

Peut parfois être sévère avec troubles de la coagulation, surveillance hebdomadaire le 1e mois puis mensuelle

METABOLISME
Hyperlipidémie (triglycérides principalement et cholestérol)Très fréquent1 à 4

Surveillance par un bilan lipidique régulier.

Prescrire un hypolipémiant ou diminution des doses de bexarotène en cas d’augmentation des taux sériques

Risque de pancréatite (peu fréquents) par augmentation des triglycérides.

Populations particulières et recommandations


Insuffisance hépatique :  Métabolisation hépatique importante. Contre-indication en cas d’insuffisance hépatique.

Insuffisance rénale :  Élimination rénale mineure. En l’absence de donnée, prudence en cas d’insuffisance rénale.

Patients âgés : Surveillance accrue. Aucune adaptation de la posologie.

Population pédiatrique: utilisation non recommandée en pédiatrie. Aucune donnée disponible

Bilan biologique
Surveillance hématologique et hépatique (hebdomadaire le 1e mois, puis mensuel)
Surveillance thyroïdienne (mensuel)
Grossesse et allaitement
Grossesse contre-indiquée. Contraception obligatoire pendant le traitement et 4 semaines après. Allaitement contre-indiqué.

Métabolisme et transporteurs


3A4/5
substratmajeure
inducteurmineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


  • Avec les inhibiteurs du CYP3A4 : diminution des concentrations plasmatiques du métabolite actif pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique.

Antihypertenseurs et antiarythmiques : amiodarone, diltiazem, verapamil
Antifongiques azolés : fluconazole, kétoconazole,  voriconazole, etc.
Antibiotiques macrolides : clarithromycine, télithromycine, etc. (sauf spiramycine)
Antirétroviraux inhibiteurs de protéase : indinavir, ritonavir, lopinavir/ritonavir, saquinavir nelfinavir etc.
Autres: Cimétidine

Conseil(s) :

Risque théorique, en l’absence de données prudence en cas d’association

  • Avec les substrats du CYP3A4 : diminution des concentrations plasmatiques des substrats, pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Antihypertenseurs et antiarythmiques : amiodarone, diltiazem, verapamil
AVK : warfarine, fluindione, acenocoumarol
Immunosuppresseurs : ciclosporine, tacrolimus, sirolimus, éverolimus
Antirétroviraux : atazanavir, darunavir, efavirenz, etravirine, fosamprenavir, nelfinavir, nevirapine, ritonavir, saquinavir
Autres : carbamazepine, clozapine, alprazolam, amitriptiptyline, colchicine, cortisol, fentanyl, méthadone, prasugrel, ticagrelor, simvastatine

Conseil(s) :

Risque théorique, en l’absence de données, prudence en cas d’association

  • Avec certains antidiabétiques : potentialisation de l’action de l’insuline, pouvant majorer le risque d’hypoglycémie
  • Insuline
  • Agents stimulant la sécrétion d’usuline : sulfonylurées
Conseil(s) :

Auto-surveillance glycémique renforcée.

Interactions avec la phytothérapie


Inducteurs CYP 3A4 : Millepertuis, Ail, Aubépine, Echinacée, Kava Kava, Menthe verte, Sauge

Inhibiteurs CYP 3A4 : jus de pamplemousse, jus d’orange amère (orange de Séville), Citron vert, Pomélo, Aloe Vera, Chardon Marie, Curcuma, Fenouil, Fenugrec, Fumeterre, Gattilier, Gingembre, Ginko biloba, Ginseng, Grenade, Gui, Harpagophytum, Huanglian,  Lin, Mahonia, Menthe poivrée, Myrtille, Olivier, Orthosiphon, Passiflore, Poivre noire, Prêle,  levure de Riz rouge, Trèfle rouge

Pouvant majorer une hépatotoxicité : Actée à grappes, Boldo, Cannelier de Chine, Chardon à glu, Créosotier, Eupatoire perfoliée, Germandrée petit chêne, Grande consoude, Hoffe, Impila, Jin Bu Huan, Kava, Menthe pouliot, Palmier de Floride Pelargonium, Persil, Petit Houx, Polygonum multiflorum, Prêle, Scutellaire latériflore, Thé, Tusanqi, Tussilage, levure rouge de riz.