Fiche mise à jour le 20 août 2021

Acalabrutinib – CALQUENCE®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Inhibiteur de kinases de Bruton (BTK)100 mg 

Indications AMM


D’autres indications hors-AMM peuvent parfois être proposées

Posologie - Mode d'administration


Deux prises par jour, à heure fixe, pendant ou en dehors des repas
En continu J1-J28

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Gastro-intestinale
DiarrhéeTrès fréquent à fréquent1 - 3+

Alimentation pauvre en fibres avec féculents, carotte, banane. Eviter les fruits et légumes crus, les laitages, le café et l’alcool. Hydratation abondante. Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques.

Nausées, vomissementTrès fréquent à fréquent1 - 3+

Surveillance de la perte de poids. Alimentation fragmentée en plusieurs repas légers, liquide et froide, moins grasse, sans friture ou épices. Prescription possible de traitements antiémétiques

Constipation1 - 2

Alimentation adaptée riche en fibres et hydratation abondante. Exercice physique régulier. Prescription possible de traitements laxatifs.

Douleurs abdominalesTrès fréquent1 - 2

Prescription possible de traitements antispasmodiques.

Hématologiques
Neutropénie, AnémieTrès fréquent1 à 3+

Surveillance NFS régulière

ThrombopénieFréquent1 - 3+

Surveillance NFS régulière

Cardio-vasculaire
Fibrillation auriculaire/flutterFréquent1 à 3+

Surveillance ECG et ionogramme sanguin, notamment chez les patients présentant des facteurs de risque cardiaque.

Hématomes, hémorragies, épistaxisTrès fréquent à fréquent1 à 3+

Compléments à base d’huile de poisson, de lin ou de vitamine E à éviter. Surveillance des patients à risques (anticoagulants, antiagrégants plaquettaires). Eviter les AINS. Interruption de traitement avant et après geste invasif (pendant au moins 3 jours avant et après)

Système Nerveux
Céphalées, étourdissements, fatigueTrès fréquent à fréquent1 à 3+

Activités indispensables et celles qui procurent un bien-être à privilégier, activité sportive adaptée et régulière à encourager.

Prudence en cas de conduite de véhicules.

Musculosquelettique
Douleurs musculo-squelettiques, arthralgieTrès fréquent à fréquent1 à 3+

Douleurs musculosquelettiques, arthralgie

Infections
Infection des voies aériennes supérieures, sinusiteTrès fréquent à fréquent1 - 2

Surveillance des signes d’alertes, notamment fièvre et frissons : consultation médicale si T°>38,5°C. Vaccination recommandée : grippe, pneumocoque.

pneumonie, rhinopharyngite, bronchite, infection à herpes virus, infections des voies urinairesFréquent1 à 3+
Cutanée
Eruption cutanéeTrès fréquent1 - 2

Utilisation d’un savon doux et d’un agent hydratant, séchage par tamponnement. Exposition au soleil à éviter et utilisation d’un écran total.

Pour toute information complémentaire concernant les effets indésirables et leur gestion, consulter les « recommandations sur la prévention et la gestion des effets indésirables des anticancéreux par voie orale » de l’Institut National du Cancer

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
NFS régulière
Grossesse et allaitement
Contraception obligatoire chez les femmes et les hommes durant le traitement. Allaitement contre-indiqué.

Métabolisme et transporteurs


1A23A4/5P-gpBCRP
substratmajeuremineuremineure
inducteurmineure
inhibiteurmineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


  • Avec les inhibiteurs du CYP 3A4 : augmentation des concentrations plasmatiques pouvant majorer les effets indésirables

Inhibiteurs puissants :

Inhibiteur de kinases : ceritinib

Antirétroviraux : darunavir, lopinavir, ritonavir, telaprevir, tipranivir

Antifongiques : itraconazole, ketaconazole, voriconazole

Antibiotiques : josamycine, telithromycine

Conseil(s) :

Augmentation de l’AUC x 5 en association avec l’itraconazole. Association à éviter. Interrompre l’acalabrutinib, si traitement de courte durée.

Avec les inhibiteurs modérés:

Antirétroviraux : boceprevir, ritonavir, saquinavir

Antibiotiques : clarithromycine, erythromycine,

Inhibiteurs de kinases: crizotinib, idelalisib, imatinib, ribociclib

Antihypertenseurs : diltiazem, nicardipine, verapamil

Antifongiques : fluconazole, posaconazole

Autres : ciclosporine, aprépitant

 

 

Conseil(s) :

Adaptation posologique possible en cas d’association à 100 mg x 1/jour

 

Inhibiteur faible du CYP3A4

Conseil(s) :

Surveillance clinique en cas d’association. Aucune adaptation posologique.

  • avec les inducteurs puissants du CYP3A4 : diminution des concentrations plasmatiques pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Antinéoplasiques : apalutamide, dabrafenib, enzalutamide, mitotane

Antiépileptiques : carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne

Antibiotiques : rifampicine

Conseil(s) :

Association déconseillée. Surveillance clinique et/ou pharmacologique en cas d’association

  • Avec les antiacides : diminution de l’absorption digestive pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Anti-H2 : cimétidine, ranitidine
Pansements gastro-intestinaux

Conseil(s) :

Prises espacées :
> 2h avant ou 10h après  anti-H2 (éviter cimétidine qui est un inhibiteur enzymatique du CYP3A4)
> 2h avant ou après protecteur gastrique

IPP : es/omeprazole, pantoprazole, lansoprazole

Conseil(s) :

Association déconseillée

  • Avec les substrats P-gp et BCRP : augmentation des concentrations plasmatiques des substrats pouvant majorer les effets indésirables

Substrats P-gp :

Cardiovasculaires : digoxine, amiodarone, rivaroxaban, dabigatran, apixaban

Antirétroviraux : saquinavir, maraviroc

Immunodépresseurs : ciclosporine, tacrolimus, sirolimus, éverolimus

Loperamide, ondansetron,

Substrats BCRP : Méthotrexate, rosuvastatine

 

Conseil(s) :

Prises espacées de 6 heures avant ou après la prise d’acalabrutinib

Le métabolite de l’acalabrutinib ACP-5862 pourrait augmenter les concentrations plasmatiques des substrats de la MATE1 (ex : metformine) par inhibition de ce dernier.

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine): http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php

Il est à noter que l’impact du jus de pamplemousse comme véhicule de la prise d’acalabrutinib semble plutôt induire une diminution de la Cmax et de l’AUC du médicament (de par son acidité). En tout état de cause, il convient d’éviter le jus de pamplemousse.