Fiche mise à jour le 8 novembre 2018

Nilotinib – TASIGNA®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Thérapie ciblée : Inhibiteur multikinases dont BCR-ABL, PDGF, KIT, autres150mg
200mg
 

Indications AMM


D’autres indications hors AMM peuvent parfois être proposées

Posologie - Mode d'administration


2 fois par jour, en dehors des repas
En continu

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Hématologique
Neutropénie
thrombopénie
anémie
Très fréquent3 à 4

Surveillance de la NFS régulière (tous les 15 jours les 2 premiers mois puis  mensuel).  Arrêt du traitement provisoire et/ou adaptation des posologies selon valeurs des PNN et plaquettes (PN < 1,0 G/l et/ou plaquettes < 50 G/l en phase chronique  ou PN< 0,5 G/l et/ou plaquettes < 10  G/l en phase accélérée ). Traitements par G-CSF et érythropoïétine possibles.

Gastro-intestinale
Nausée, vomissementTrès fréquent1 à 2

Fragmenter les repas en plusieurs prises légères, privilégier les aliments liquides et froids et éviter les aliments gras, frits et épicés. Prescription possible de traitements antiémétiques.

Douleurs abdominales hautesTrès fréquent1 à 2
Diarrhée, constipationTrès fréquent1 à 2

Diarrhée : Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool. Hydratation abondante. Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques.

Constipation : Alimentation adaptée riche en fibres et hydratation abondante. Exercice physique régulier. Prescription possible de traitements laxatifs.

Cutanée
Éruption, pruritTrès fréquent1 à 2

Utilisation d’un savon doux et d’un agent hydratant, séchage par tamponnement. Exposition au soleil à éviter et utilisation d’un écran total.

AlopécieTrès fréquent1 à 2

Alopécie réversible à l’arrêt du traitement.

Musculo-squelettique
MyalgieTrès fréquent à fréquent1 à 2

Supplémentation possible en magnésium. Activité physique adaptée et régulière à encourager. Hydratation abondante. Prescription possible d’antalgique.

ArthralgieTrès fréquent à fréquent1 à 2

Prescription possible d’antalgique.

Spasmes musculairesTrès fréquent à fréquent1 à 2

Supplémentation possible en magnésium. Activité physique adaptée et régulière à encourager. Hydratation abondante. Prescription possible d’antalgique.

Général
FatigueTrès fréquent1 à 2

Privilégier les activités indispensables et celle qui procurent un bien-être. Encourager une activité sportive adaptée et régulière.

CéphaléesTrès fréquent1 à 2
Cardio-vasculaire
Allongement de l’intervalle QTTrès fréquent à rare 

Dose-dépendant. Surveillance chez les patients à risque. Surveillance régulière kaliémie et magnésémie.

Evènements cardiovasculaires : artériopathie oblitérante, cardiopathie ischémique, AVC…Très fréquent à rare 

Consultation médicale immédiate en cas de signes ou de symptômes d’événements cardiovasculaires.

Œdèmes
Superficiels : membres inférieur et faceTrès fréquent 

Surveillance de la prise de poids et des patients à risque (antécédents cardiaques). Prescription possible de traitements symptomatiques et diurétiques.

SévèresRare 

Surveillance de la prise de poids et des patients à risque (antécédents cardiaques). Prescription possible de traitements symptomatiques et diurétiques.

Investigation
Anomalie du bilan hépatique, lipidique, pancréatiqueTrès fréquent 

Surveillance ASAT, ALAT, bilirubine sérique, lipase, PAL, amylase, glucose et bilan lipidique complet

Pour toute information complémentaire concernant les effets indésirables et leur gestion, consulter les « recommandations sur la prévention et la gestion des effets indésirables des anticancéreux par voie orale » de l’Institut National du Cancer

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique

Surveillance NFS et plaquette tous les 15 jours les 2 premiers mois puis tous les mois
Surveillance régulière ionogramme (dont kaliémie et magnésémie), glycémie, profil lipidique, enzymes hépatiques, lipase
Grossesse et allaitement
Grossesse contre-indiquée. Contraception obligatoire pendant le traitement et 2 semaines/mois après
Allaitement contre-indiqué

Métabolisme et transporteurs


1A22A62B62C82C92C192D62E13A4/5P-gpBCRPUGT1A1UGT1A9CNT1ENT1ENT2OCT2MATE1
substrat majeure majeure
inhibiteur mineure mineure mineure mineure mineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


Avec les inhibiteurs puissants du CYP 3A4 : augmentation des concentrations plasmatiques du nilotinib (x3) pouvant majorer les effets indésirables

Antihypertenseurs et antiarythmiques : amiodarone, diltiazem, verapamil
Antifongiques azolés : fluconazole, itraconazole, kétonazole, posaconazole, voriconazole
Antibiotiques macrolides : clarithromycine, télithromycine, erythromycine (sauf spiramycine)
Antirétroviraux inhibiteurs de protéase : ritonavir, lopinavir, darunavir, atazanavir, fosamprenavir
Autre: Cimétidine

Conseil(s) :

Association déconseillée. Surveillance clinique et pharmacologique en cas d’association. Diminution posologique ou interruption temporaire parfois nécessaire

Avec les inducteurs puissants du CYP 3A4 : diminution des concentrations plasmatiques du nilotinib  pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Antiépileptiques : carbamazépine, oxcarbazépine, phénytoïne, fosphénytoïne, phénobarbital, primidone
Antibiotiques : rifampicine, rifabutine
Autres : efavirenz, bosentan, dexaméthasone

Conseil(s) :

Association déconseillée. Surveillance clinique et pharmacologique en cas d’association. Augmentation posologique parfois nécessaire

Avec les substrats du CYP 3A4: attention avec les médicaments à marge thérapeutique étroite

Antihypertenseurs et antiarythmiques : amiodarone, diltiazem, verapamil
AVK : warfarine, fluindione, acenocoumarol
Immunosuppresseurs : ciclosporine, tacrolimus, sirolimus, éverolimus
Antirétroviraux : atazanavir, darunavir, efavirenz, etravirine, fosamprenavir, nelfinavir, nevirapine, ritonavir, saquinavir
Autres: Carbamazepine, clozapine, alprazolam, amitriptiptyline, colchicine

Conseil(s) :

Association à prendre en compte . Surveillance régulière de l’INR.

Avec les anti-acides : diminution des concentrations plasmatiques du nilotinib  pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Anti-H2 : cimétidine, ranitidine
IPP : es/omeprazole, pantoprazole, lansoprazole
Pansements gastro-intestinaux

Conseil(s) :

Solubilité du nilotinib pH dépendant. Solubilité plus faible à pH élevé
Anti-H2 : Prise du nilotinib 2h avant ou 10h après l’anti-H2
IPP : interaction non cliniquement significative
Pansements : Prise du nilotinib 2h avant ou après protecteur gastrique

Avec les médicaments pouvant allonger l’intervalle QT : allongement dose-dépendant de l’intervalle QT du nilotinib

Médicaments hypokaliémiants: diurétiques hypokaliémiants, laxatifs stimulants, corticoïdes, amphotéricine B
Antiarythmiques : quinidine, amiodarone, sotalol, flécaïnide, propafénone, etc
Antihistaminiques H1
Anti-infectieux : cotrimoxazole, erythromycine, kétoconazole, itraconazole, miconazole, moxifloxacine,etc
Neuroleptiques : amilsupride, clozapine,halopéridol, lévopromazine, loxapine, olanzapine, rispéridone, sulpiride, tiapride, etc
Autres : antidépresseurs imipraminiques, citalopram, lithium, torémifène, etc

Conseil(s) :

Association déconseillée. Surveillance de l’intervalle QT

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine): http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php

Inhibiteur du CYP 3A4 : jus de pamplemousse, jus d’orange amère (orange de Séville), Citron vert, Pomélo, Aloe Vera, Chardon Marie, Curcuma, Fenouil, Fenugrec, Fumeterre, Gattilier, Gingembre, Ginko biloba, Ginseng, Grenade, Gui, Harpagophytum, Huanglian,  Lin, Mahonia, Menthe poivrée, Myrtille, Olivier, Orthosiphon, Passiflore, Poivre noire, Prêle,  levure de Riz rouge, Trèfle rouge
Inducteur du CYP 3A4 : Millepertuis, Ail, Aubépine, Echinacée, Kava Kava, Menthe verte, Sauge
Favorisant une immunodépression : Olivier
Favorisant un allongement de l’intervalle QT : Boldo, Fucus, Ginseng asiatique, Orange de Séville, Passiflore, Pissenlit