Fiche mise à jour le 2 septembre 2019

Vénétoclax – VENCLYXTO®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Cytotoxique : inhibiteur BCL-210, 50, 100 mg 

Indications AMM


D’autres indications hors-AMM peuvent parfois être proposées

Posologie - Mode d'administration


Une prise par jour, à heure fixe, au cours d'un repas
En continu
semaine Posologie
1 20 mg x1/jour
2 50 mg x1/jour
3 100 mg x1/jour
4 200 mg x1/jour
> 5 400 mg x1/jour

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Trouble du métabolisme et nutrition
Hyperphosphatémie Syndrome de lyse tumorale Hypocalcémie Hyperuricémie Hyperkaliémie Très fréquent à fréquent1 à 4

Patients à risque : masse tumorale élevée, comorbidités, anomalie de la fonction rénale
Symptômes : N/V, diarrhée, crampes ou contractions musculaires, mictions moins fréquentes, confusion, crises épilepsies…
Surveillance par un bilan biochimique (potassium, acide urique, phosphore, calcium et créatinine).
Prise en charge en urgence dès 6 à 8 heures suivant la 1ère dose et lors de chaque augmentation de dose.
Pendant la phase de titration : Hydratation abondante (2 litres d’eau par jour durant les 2 jours précédant la première dose puis durant les 2 jours précédant chaque augmentation de dose). Hydratation possible par voie intraveineuse. Prescription possible d’agents hypo-uricémiants 2 à 3 jours avant le début du traitement puis durant la période de titration.

Hématologiques
Anémie Neutropénie Très fréquent1 à 4

Surveillance NFS régulière. Arrêt du temporaire du traitement si PNN ≤ 1G/L, ou hémoglobine ≤ 8 g/dL.

Infectieux
Neutropénie fébrile Infections urinaires Infection des voies respiratoires supérieures Très fréquent à fréquent1 - 4

Surveillance des signes d’alertes, notamment fièvre et frissons : consultation médicale si T° > 38,5°C. Contact avec des personnes malades à éviter.
Vaccinations recommandées: grippe, pneumocoque.

Affections gastro-intestinales
ConstipationTrès fréquent1 - 4

Alimentation adaptée riche en fibres et hydratation abondante. Exercice physique régulier. Prescription possible de traitements laxatifs.

DiarrhéesTrès fréquent1 - 4

Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool. Hydratation abondante.  Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques.

Nausées Vomissements Douleurs abdominalesTrès fréquent1 - 4

Surveillance de la perte de poids. Alimentation i) fragmentée en plusieurs repas légers, ii) liquide et froide et iii) moins grasse, sans friture ou épices. Prescription possible de traitements antiémétiques.

Troubles généraux
FatigueTrès fréquent1 à 4

Activités indispensables et celles qui procurent un bien-être à privilégier, activité sportive adaptée et régulière à encourager.

Investigations
Augmentation de la créatininémieFréquent1 à 4

Surveillance par un bilan rénal régulier. Adaptation posologique ou arrêt de traitement possible.

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
Bilan biochimique (potassium, acide urique, phosphore, calcium et créatinine) avant la première dose puis avant chaque augmentation de dose pendant la phase de titration. Surveillance NFS régulière Chez les patients à risque de syndrome de lyse tumorale (masse tumorale importante, anomalie de la fonction rénale) : bilan biochimique 6 à 8 heures puis 24 heures après la première dose. Surveillance après chaque augmentation de dose pendant la phase de titration
Grossesse et allaitement
Grossesse contre-indiquée. Contraception obligatoire chez les femmes et les hommes pendant le traitement et 1 mois après. Si contraception hormonale, associer une contraception mécanique. Allaitement contre-indiqué pendant le traitement.

Métabolisme et transporteurs


1A22A62B62C82C92C192D62E13A4/5P-gpBCRPUGT1A1UGT1A9CNT1ENT1ENT2OCT1OCT2MATE1MATE2CE.
substrat majeure mineuremineure
inhibiteur mineuremineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


  • Avec les inhibiteurs du CYP3A : augmentation des concentrations plasmatiques pouvant majorer les effets indésirables (notamment le syndrome de lyse tumorale)

Antihypertenseurs et antiarythmiques : amiodarone, diltiazem, verapamil

Antifongiques azolés : fluconazole, kétoconazole, voriconazole, etc.

Antibiotiques macrolides : clarithromycine, télithromycine, etc. (sauf spiramycine)

Antirétroviraux inhibiteurs de protéase : indinavir, ritonavir, lopinavir/ritonavir, saquinavir nelfinavir, etc.

Autres: cimétidine

Conseil(s) :

Phase titration

  • contre-indication avec les inhibiteurs puissants
  • adaptation posologique avec les inhibiteurs modérés (-50%)

Post titration

  • adaptation posologique avec les inhibiteurs puissants (-75 %), modérés (-50%)

Adapation posologique à l’arrêt de l’inhibiteur (5 demi vie après l’arrêt)

  • Avec les inducteurs du CYP3A : diminution de la concentration plasmatique pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Antiépileptiques : carbamazépine, oxcarbazépine, phénytoïne, fosphénytoïne, phénobarbital, primidone

Antibiotiques : rifampicine, rifabutine

Autres: efavirenz, bosentan, dexamethasone (usage systémique)

Conseil(s) :

Association déconseillée.

  • Avec les inhibiteurs de P-gp et BCR : augmentation de concentrations plasmatiques pouvant majorer les effets indésirables

amiodarone, diltiazem, verapamil, propranolol, ciclosporine, tacrolimus, fluconazole, kétoconazole, itraconazole, fluoxétine, paroxétine, sertraline,  atorvastatine, tamoxifène

Conseil(s) :

Association déconseillée pendant la phase de titration

  • Avec les inducteurs de P-gp et BCR : diminution des concentrations plasmatiques pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Rifampicine, rifabutine, carbamazépine, névirapine

Conseil(s) :

Association déconseillée

  • Avec les substrats de P-gp et BCRP : augmentation des concentrations plasmatiques des substrats pouvant majorer les effets indésirables

[P-gp] Cardiovasculaires : digoxine, amiodarone, rivaroxaban, dabigatran

[P-gp] Antirétroviraux : saquinavir, maraviroc

[P-gp] Immunodépresseurs : ciclosporine, tacrolimus, sirolimus, éverolimus

[P-gp] loperamide, ondansetron

[BCRP] Anticancéreux : methotrexate, mitoxantrone, imatinib, irinotecan, lapatinib, topotecan

[BCRP] rosuvastatine, sulfasalazine

Conseil(s) :

Prudence en cas d’association

  • Avec les substrats de l’OATP1B1 : augmentation des concentrations plasmatiques des substrats pouvant majorer les effets indésirables

Bosentan, ézétimibe,  glibenclamide,  repaglinide, valsartan

Conseil(s) :

Prudence en cas d’association

Statines

Conseil(s) :

Risque de rhabdomyolyse, surveillance étroite recommandée

  • Avec d’autres médicaments

Chélateurs acides biliaires : colestyramine

Conseil(s) :

Association déconseillée, diminution de l’absorption pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique. Prises espacées de 4 à 6 heures après le chélateur

Warfarine

Conseil(s) :

Augmentation des concentrations plasmatiques de la warfarine pouvant majorer les effets indésirables. Surveillance étroite de l’INR

  • Avec certains vaccins

Vaccins contre la fièvre jaune

Conseil(s) :

Association contre-indiquée: risque de maladie vaccinale généralisée mortelle

Vaccins vivants atténués

Conseil(s) :

Association déconseillée: prescription d’un vaccin inactivé lorsqu’il existe

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine) : http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php.

Inducteur du CYP3A4 contre-indiqué durant la période de traitement : Millepertuis, Ail, Aubépine, Echinacée, Kava Kava, Menthe verte, Sauge

Inhibiteur du CYP3A4 contre-indiqué durant la période de traitement : jus de pamplemousse, jus d’orange amère (orange de Séville), Carambole, Citron vert, Pomélo, Aloe Vera, Chardon Marie, Curcuma, Fenouil, Fenugrec, Fumeterre, Gattilier, Gingembre, Ginko biloba, Grenade, Gui, Harpagophytum, Huanglian,  Lin, Mahonia, Menthe poivrée, Myrtille, Olivier, Orthosiphon, Passiflore, Poivre noire, Prêle,  levure de Riz rouge, Trèfle rouge

Pouvant majorer une hyperkaliémie : Séné, Pissenlit

Pouvant majorer une hématotoxicité : Olivier