Fiche mise à jour le 12 novembre 2020

Ribociclib – KISQALI®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Thérapie ciblée : Inhibiteur de kinases dépendantes des cyclines (CDK4 et CDK6)200 mg  

Indications AMM


Cancer du sein localement avancé/métastatique positif aux récepteurs hormonaux et négatif au récepteur HER-2 :

     – chez les femmes ménopausées en 1e ligne en association avec un inhibiteur de l’aromatase
     – chez les femmes ménopausées en 1e ou 2e ligne en association avec le fulvestrant
     – chez les femmes en pré/périménopause, l’hormonothérapie doit être associée à un agoniste de l’hormone de libération de la lutéinostimuline (luteinizing hormone-releasing hormone, LH-RH)
D’autres indications hors AMM peuvent parfois être proposées.

Posologie - Mode d'administration


Une prise par jour, à heure fixe, pendant ou en dehors des repas
J1 à J21, reprise à J29 J1-J21-J29

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Hématologique
Neutropénie
Leucopénie
Anémie
Très fréquent1 à 4

Surveillance de la NFS régulière. Adaptation posologique ou arrêt du traitement possible.
Arrêt du traitement si PNN ≤ 1G/L, ou hémoglobine ≤ 8 g/dL, ou plaquettes ≤ 50 G/L.

Thrombocytopénie
Lymphopénie
Fréquent 
Infections
InfectionsTrès fréquent1 à 4

Mesures d’hygiène (contact avec des personnes malades à éviter, lavage des mains). Surveillance des signes d’alertes, notamment fièvre et frissons : consultation médicale si T° > 38,5°C. Prescription d’une antibiothérapie en prophylaxie possible. Surveillance NFS régulière. Automédication par paracétamol à éviter.

Général
Fatigue, asthénie
Œdèmes périphériques
Très fréquent 

Activités indispensables et celles qui procurent un bien-être à privilégier, activité sportive adaptée et régulière à encourager.

Prudence lors de la conduite de véhicule.

PyrexieTrès fréquent 

Surveillance de la température. Consultation médicale si T° > 38,5°C

Bouche sèche, douleurs oro-pharyngéesFréquent 

Salivation activée à l’aide de bonbons acidulés ou chewing-gum.

Cardio-vasculaire
Syncope
Allongement de l’intervalle QT
FréquentGrave

Surveillance ECG et ionogramme sanguin dont kaliémie. Adaptation posologique ou arrêt de traitement. Consultation auprès d’un cardiologue si allongement.

Gastro-intestinale
Nausées, vomissementsFréquent1 à 4

Surveillance de la perte de poids.
Alimentation i) fragmentée en plusieurs repas légers, ii) liquide et froide et iii) moins grasse, sans friture ou épices.
Prescription possible de traitements antiémétiques.

DiarrhéesTrès fréquent 

Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool. Hydratation abondante. Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques

Constipation
Douleurs abdominales
Très fréquent 

Alimentation adaptée riche en fibres et hydratation abondante.
Exercice physique régulier.
Prescription possible de traitements laxatifs.

StomatiteTrès fréquent 

Alimentation adaptée en évitant les aliments acides, qui collent et très salés. Prescription possible de bains de bouche (bicarbonate, antifongique) et de topiques anesthésiants.

Arrêt du traitement en cas de fièvre associée et/ou en cas de difficulté à s’alimenter

Perte d’appétitFréquent1 à 3
Cutanée
Alopécie
Rash, prurit
Très fréquent 

Alopécie non totale.

Utilisation d’un savon doux et d’un agent hydratant, séchage par tamponnement. Exposition au soleil à éviter et utilisation d’un écran total.
Prescription possible d’antihistaminique, de corticoïdes topiques ou par voie orale.

Erythème, sécheresse de la peau, vitiligoFréquent 
Oculaire
Modification de la sécrétion lacrymaleFréquent

Utilisation possible de larmes artificielles ou collyre anti-inflammatoire.
Consultation ophtalmologiste si troubles persistants.

Métabolique
Diminution de l'appétitTrès fréquent 

Repas fractionnés en plusieurs prises de petite quantité.

hypocalcémie, hypokaliémie, hypophosphatémieFréquent1 à 4

Surveillance ionogramme régulier. Correction des anomalies avant traitement.

Système Nerveux
céphalées, étourdissementTrès fréquent 

Prescription d’antalgiques possible. Prudence en cas de conduite d’un véhicule.

VertigesFréquent 
Pulmonaire
Dyspnée, touxTrès fréquent 

Surveillance toux et dyspnée, consultation médicale si majoration des symptômes
Arrêt du traitement.

Hépatique
Anomalie du bilan hépatiqueTrès fréquent1 à 4

Surveillance par un bilan hépatique régulier. Adaptation posologique ou arrêt de traitement possible.

Investigation
Augmentation de la créatinémieFréquent 

Pour toute information complémentaire concernant les effets indésirables et leur gestion, consulter les « recommandations sur la prévention et la gestion des effets indésirables des anticancéreux par voie orale » de l’Institut National du Cancer

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
surveillance NFS, plaquettes, bilan hépatique (tous les 15 jours pendant 2 mois puis mensuellement) et électrolytes (tous les mois)
Grossesse et allaitement
Contraception obligatoire chez les femmes pendant le traitement et 1 mois après.
Allaitement contre-indiqué.

Métabolisme et transporteurs


3A4/5P-gpBCRPOCT1OCT2MATE1
substratmajeuremineure
inhibiteurmajeuremineuremineuremineuremineuremineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


EFFETS DES AUTRES MEDICAMENTS SUR LE RIBOCICLIB

Avec les inhibiteurs puissants du CYP 3A4 : Augmentation des concentrations plasmatiques pouvant majorer les effets indésirables

Antihypertenseurs et antiarythmiques : amiodarone, diltiazem, verapamil
Antifongiques azolés : fluconazole, kétoconazole,  voriconazole, etc.
Antibiotiques macrolides : clarithromycine, télithromycine, etc. (sauf spiramycine)
Antirétroviraux inhibiteurs de protéase : ritonavir, lopinavir/ritonavir, saquinavir, télaprévir, etc.
Autre: cimétidine

Conseil(s) :

Association déconseillée. Adaptation de posologie en cas d’association (diminution au palier de dose inférieur). Surveillance clinique et/ou pharmacologique en cas d’association

Avec les inducteurs puissants du CYP 3A4 : Diminution des concentrations plasmatiques pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Antiépileptiques : carbamazépine, oxcarbazépine, phénytoïne, fosphénytoïne, phénobarbital, primidone
Antibiotiques : rifampicine, rifabutine
Autres : efavirenz, bosentan, dexaméthasone

Conseil(s) :

Association déconseillée (en particulier chez les patientes traitées à une dose journalière de 400mg ou 200mg). Surveillance clinique et/ou pharmacologique en cas d’association.

EFFETS DU RIBOCICLIB SUR LES AUTRES MEDICAMENTS

Avec d’autres médicaments à marge thérapeutique étroite métabolisées par CYP 3A4 : Augmentation des concentrations plasmatiques des substrats pouvant majorer les effets indésirables 

Antihypertenseurs et antiarythmiques : amiodarone, diltiazem, verapamil
AVK : 
warfarine, fluindione, acenocoumarol
Immunosuppresseurs : 
ciclosporine, tacrolimus, sirolimus, éverolimus
Antirétroviraux : 
atazanavir, darunavir, efavirenz, etravirine, fosamprenavir, nelfinavir, nevirapine, ritonavir, saquinavir
Analgésiques : fentanyl, buprénorphine, méthadone, morphiniques, tramadol
Antidépresseurs :citalopram, imipraminiques, mirtazapine,
Anxiolytiques : benzodiazépines, zolpidem, zopiclone
Statines : sauf pravastatine et fluvastatine
Autres : clozapine, colchicine, cortisol, prasugrel, ticagrelor,

Conseil(s) :

Association déconseillée. Adaptation possible de la posologie des médicaments associés (se reporter au RCP du produit concerné pour obtenir les recommandations)

Avec d’autres médicaments à marge thérapeutique étroite substrats des transporteurs P-gp, BCRP, OATP1B1/B3, OCT1, OCT2, MATE1 et BSEP :Augmentation des concentrations plasmatiques des substrats pouvant majorer les effets indésirables 

[P-gp] : Cardiovasculaires : digoxine, amiodarone, rivaroxaban, dabigatran
Antirétroviraux : saquinavir, maraviroc
ciclosporine, tacrolimus, sirolimus, éverolimus
Loperamide, ondansetron

[BCRP] : anticancéreux : methotrexate, mitoxantrone, imatinib, irinotecan, lapatinib, topotecan
Rosuvastatine, sulfasalazine

[OATP1B1/B3] : bosentan, ézétimibe, glibenclamide, repaglinide, valsartan et statines

[OCT1 et OCT2] : metformine

Conseil(s) :

Surveillance clinique et/ou pharmacologique en cas d’association.

MÉDICAMENTS ALLONGEANT L’INTERVALLE QT

 

Médicaments hypokaliémiants: diurétiques hypokaliémiants, laxatifs stimulants, corticoïdes, amphotéricine B
Antiarythmiques : quinidine, amiodarone, sotalol, flécaïnide, propafénone, etc
Antihistaminiques H1
Anti-infectieux : cotrimoxazole, erythromycine, kétoconazole, itraconazole, miconazole, ciprofloxacine, levofloxacine, moxifloxacine,etc
Neuroleptiques : amilsupride, chlorpromazine, clozapine, cyamémazine, halopéridol, lévopromazine, loxapine, olanzapine, rispéridone, sulpiride, tiapride, etc
Autres : antidépresseurs imipraminiques, citalopram, lithium, torémifène, etc

Conseil(s) :

Association déconseillée.  Surveillance clinique (ECG) en cas d’association.

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine): http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php

Inhibiteur du 3A : jus de pamplemousse, jus d’orange amère (orange de Séville), Citron vert, Pomélo, Aloe Vera, Chardon Marie, Curcuma, Fenouil, Fenugrec, Fumeterre, Gattilier, Gingembre, Ginko biloba,  Grenade, Gui, Harpagophytum, Huanglian,  Lin, Mahonia, Menthe poivrée, Myrtille, Olivier, Orthosiphon, Passiflore, Poivre noire, Prêle,  levure de Riz rouge, Trèfle rouge

Inducteur du CYP 3A : Millepertuis, Ail, Aubépine, Echinacée, Kava Kava, Menthe verte, Sauge

Plantes pouvant allonger intervalle QT : Boldo, Fucus, Ginseng asiatique,Orange de Séville, Passiflore, Pissenlit