Fiche mise à jour le 9 octobre 2019

Niraparib – ZELUJA®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Thérapie ciblée : inhibiteur des PARP100 mg 

Indications AMM


D’autres indications hors-AMM peuvent parfois être proposées

Posologie - Mode d'administration


Une prise par jour, à heure fixe, le soir au coucher
En continu

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Hématologiques
Anémie Thrombopénie Neutropénie Très fréquent1 à 4

Surveillance NFS et plaquettes hebdomadaire le premier mois puis mensuelle

Infectieux
Bronchite, conjonctiviteFréquent1 à 2

Surveillance des signes d’alertes, notamment fièvre et frissons : consultation médicale si T° > 38,5°C. Contact avec des personnes malades à éviter.

Vaccination recommandée: grippe, pneumocoque.

Infections urinaires Très fréquent1 à 2
Trouble du métabolisme et nutrition
Perte appétitTrès fréquent1 à 2

Surveillance de la perte de poids.

HypokaliémieFréquent1 à 4
Affection psychiatrique
InsomnieTrès fréquent1 à 2
Anxiété, dépressionFréquent1 à 2
Affection du système nerveux
Céphalée, VertigesTrès fréquent1 à 2

Prescription possible d’antalgiques

DysgueusieTrès fréquent1 à 2

Alimentation tiède ou froid, ustensile de cuisine métallique à éviter

Affection cardiaque
Palpitations Très fréquent1 à 4
TachycardieFréquent1 à 4
Affections vasculaires
Hypertension Fréquent1 à 4

Mesure de la tension après 20 min de repos.

Mesure hebdomadaire puis mensuel au-delà du 1er mois.

Consultation médicale si

– PAS > 140 ou PAD > 90 après plusieurs mesures répétées

– PAS > 160 ou PAD > 100

– hypertension symptomatique

Prescription d’un antihypertenseur possible.

Adaptation posologique ou arrêt du traitement possible en cas de crise hypertensive ou tension non contrôlée

Affections respiratoires, thoraciques et mediastinales
DyspnéeTrès fréquent1 à 4
EpistaxisFréquent1 à 2
Affections gastro-intestinales
Nausée, vomissementTrès fréquent1 à 4
  • Surveillance de la perte de poids.
  • Alimentation i) fragmentée en plusieurs repas légers, ii) liquide et froide et iii) moins grasse, sans friture ou épices.
  • Prescription possible de traitements antiémétiques.
diarrhéesTrès fréquent1 à 4
  • Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool.
  • Hydratation abondante.
  • Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques.
  • Arrêt du traitement si ≥ 4 selles / jour.
, constipation, douleurs abdominalesTrès fréquent1 à 4
  • Alimentation adaptée riche en fibres et hydratation abondante.
  • Exercice physique régulier.
  • Prescription possible de traitements laxatifs
Bouche sèche, mucites, stomatitesFréquent1 à 2
  • Alimentation adaptée en évitant les aliments acides, qui collent et très salés.
  • En prévention, utilisation d’une brosse à dent souple, d’un bain de bouche avec bicarbonate de sodium sans adjonction d’autres produits et éviter les bains de bouches avec menthol.
  • En curatif, prescription possible de bains de bouche avec bicarbonate et  antifongique, et de topiques anesthésiants
Affection de la peau et des tissus mous
Photosensibilité, éruptions cutanéesFréquent1 à 2

Utilisation d’un savon doux et d’un agent hydratant, séchage par tamponnement. Exposition au soleil à éviter et utilisation d’un écran total.

Affections musculo-squelettiques et systémiques
Dorsalgie, arthralgieTrès fréquent1 à 2

Prescription possible d’antalgique

MyalgieFréquent1 à 2
Troubles généraux
Fatigue, asthénieTrès fréquent1 à 4
Œdème périphériqueFréquent1 à 2
Investigations
Augmentation des enzymes hépatiquesFréquent1 à 4
  • Surveillance par un bilan hépatique régulier.
  • Adaptation posologique ou arrêt de traitement possible

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
NFS, plaquettes hebdomadaire le premier mois puis mensuel
Grossesse et allaitement
Contraception obligatoire chez les femmes et les hommes pendant le traitement et 1 mois après. Chez les femmes en âge de procréer, test de grossesse obligatoire avant l’initiation du traitement. Grossesse contre-indiquée Allaitement contre-indiqué pendant le traitement et 1 mois après

Métabolisme et transporteurs


1A22A62B62C82C92C192D62E13A4/5P-gpBCRPUGT1A1UGT1A9CNT1ENT1ENT2OCT1OCT2MATE1MATE2CE.
substrat mineure mineure mineuremineuremineuremineuremajeure
inhibiteur mineuremineuremineure
inducteur mineuremineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


Effets du niraparib sur d’autres médicaments :

  • Avec les substrats du CYP3A4 : augmentation des concentrations plasmatiques des substrats pouvant majorer les effets indésirables.

ciclosporine, tacrolimus, alfentanil, ergotamine, pimozide, quétiapine, halofantrine

Conseil(s) :

Pas d’inhibition de CYP3A4 hépatique mais absence de données sur une inhibition des CYP3A4 intestinales. Prudence en cas d’association.

  • Avec les substrats du CYP1A2 : diminution des concentrations plasmatiques des substrats pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

clozapine, théophylline, ropinirole

Conseil(s) :

Prudence en cas d’association

  • Avec les substrats de P-gp et BCRP : augmentation des concentrations plasmatiques des substrats pouvant majorer les effets indésirables

irinotécan, rosuvastatine, simvastatine, atorvastatine, methotrexate

Conseil(s) :

Prudence en cas d’association

  • Avec les substrats de MATE 1et 2 et OCT1 : augmentation des concentrations plasmatiques des substrats pouvant majorer les effets indésirables

metformine

Conseil(s) :

Risque d’hypoglycémie, prudence en cas d’association.

Effets d’autres médicaments sur le niraparib :

  • Avec les inhibiteurs et les inducteurs du CYP1A2, 3A4, carboxylestérases (CE) et UDP-glucuronosyltransférases (UGT) : interaction non significative. Aucune adaptation posologique recommandée en cas d’association.
  • Avec les inhibiteurs et les inducteurs de la P-gp et BCRP : interaction non significative. Aucune adaptation posologique recommandée en cas d’association.

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte.

Pouvant favoriser l’immunodépression : Olivier
Pouvant favoriser une hypertension : Ginkgo Biloba, Orange de Séville, Petit Houx, Réglisse, Yohimbe