Fiche mise à jour le 8 novembre 2018

Ruxolitinib – JAKAVI®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Thérapie ciblée : Inhibiteur de kinases JAK 1/25 mg
10 mg
15 mg
20 mg
 

Indications AMM


D’autres indications hors AMM peuvent parfois être proposées

Posologie - Mode d'administration


2 fois par jour
En continu

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Hématologique
ThrombopénieTrès fréquent3 à 4

Surveillance NFS toutes les 2semaines pendant les 2ersmois puis mensuellement. Effets indésirables dose-dépendants et réversibles à l’arrêt du traitement.

Thrombopénie : apparait dans les 8 semaines – Réversible à l’arrêt en 14 jours environ. Transfusions de plaquettes possibles. Taux de plaquette < 100 000/mm3 : diminution de la dose envisagée. Taux de plaquettes < 50 000/mm3 : interruption du traitement.

NeutropénieTrès fréquent3 à 4

Surveillance NFS toutes les 2semaines pendant les 2ersmois puis mensuellement. Effets indésirables dose-dépendants et réversibles à l’arrêt du traitement.

Neutropénie : apparait dans les 12 semaines. Neutropénie < 500/mm3 : interruption du traitement.

AnémieTrès fréquent1 à 3

Surveillance NFS toutes les 2 semaines pendant les 2 premiers mois puis mensuellement. Effets indésirables dose-dépendants et réversibles à l’arrêt du traitement.

Apparait dans les 8 à 12 semaines. Transfusions de culots globulaires possibles. Dans la maladie de Vaquez si Hémoglobine < 10 g/dl : diminution de la dose recommandée Hémoglobine < 8 g/dl : interruption du traitement

Ecchymoses, hémorragiesTrès fréquent2 à 4

Surveillance des patients à risques (anticoagulants, antiagrégant plaquettaires). Anti-inflammatoires à éviter.

Système nerveux
CéphaléesTrès fréquent 

Prescription d’antalgiques possible

Etourdissements, vertigesTrès fréquent 
Gastro-intestinale
Constipation, flatulencesFréquent 

Alimentation adaptée riche en fibres et hydratation abondante. Exercice physique régulier.  Prescription possible de traitements laxatifs.

Prise de poidsFréquent 
Troubles métabolisme
Hypercholestérolémie1 à 2
Hypertriglycéridémie1 à 2
Hépatique
Augmentation ASAT/ALATTrès fréquent1 à 2

Surveillance du bilan hépatique régulière

Infections
Infections urinaires, zona, tuberculoseFréquent 

Recherche d’une tuberculose latente avant de débuter le traitement.

Cardiaque
Hypertension artérielleTrès fréquent 

Mesure de la tension après 20 min de repos. Consultation médicale si PAS > 140 ou PAD > 90 après plusieurs mesures répétées ou PAS > 160 ou PAD > 100 ou hypertension symptomatique. Prescription d’un antihypertenseur possible.

Pour toute information complémentaire concernant les effets indésirables et leur gestion, consulter les « recommandations sur la prévention et la gestion des effets indésirables des anticancéreux par voie orale » de l’Institut National du Cancer

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
Surveillance NFS régulière
Grossesse et allaitement
Contraception obligatoire chez les femmes et les hommes pendant le traitement
Allaitement contre-indiqué

Métabolisme et transporteurs


1A22A62B62C82C92C192D62E13A4/5P-gpBCRPUGT1A1UGT1A9CNT1ENT1ENT2OCT2MATE1
substrat mineure majeure
inhibiteur mineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


Avec les inhibiteurs puissants du CYP 3A4 : Augmentation des concentrations plasmatiques (ASC 91%) pouvant majorer les effets indésirables (cytopénies)

Inhibiteurs de protéase : indinavir, lopinavir/ritonavir, ritonavir, saquinavir, télaprévir, nelfinavir, bocéprévir
Antifongiques azolés : kétoconazole, itraconazole, posaconazole, voriconazole
Antibiotiques macrolides : clarithromycine, télithromycine

Conseil(s) :

La dose de ruxolitinib doit être diminuée de 50%, administration en deux fois par jour. Surveillance NFS régulière

Autres inhibiteurs du CYP 3A4 : Augmentation des concentrations plasmatiques (ASC 27%) pouvant majorer les effets indésirables (cytopénies)

Antihypertenseurs : amiodarone, vérapamil, diltiazem
Anti H2 : cimétidine
Antibiotiques : érythromycine, ciprofloxacine
Inhibiteur de protéase : amprénavir, atazanavir

Conseil(s) :

Aucune adaptation posologique n’est recommandée. Surveillance NFS régulière

Avec des inhibiteurs doubles du CYP 3A4 et 2C9

Fluconazole

Conseil(s) :

En cas d’association avec des médicaments doubles inhibiteurs: une réduction de 50% de la dose de ruxolinitib est recommandée.

Avec les inducteurs puissants du CYP 3A4 : Diminution des concentrations plasmatiques (ASC 70%) pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Antiépileptiques : carbamazépine, oxcarbazépine, phénytoïne, fosphénytoïne, phénobarbital, primidone
Antibiotiques : rifampicine, rifabutine
Autres : efavirenz, bosentan, dexaméthasone

Conseil(s) :

Augmentation de la dose possible, adaptation en fonction de la tolérance et de l’efficacité.

Avec d’autres médicaments substrats de la P-gp :

dabigatran, la ciclosporine, la rosuvastatine et potentiellement la digoxine

Conseil(s) :

Association à prendre en compte

L’utilisation concomitante de traitements cytoréducteurs ou de facteurs de croissance hématopoïétiques n’a pas été étudiée.

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine): http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php

Inhibiteur du CYP 3A4 : jus de pamplemousse, jus d’orange amère (orange de Séville), Citron vert, Pomélo, Aloe Vera, Chardon Marie, Curcuma, Fenouil, Fenugrec, Fumeterre, Gattilier, Gingembre, Ginko biloba, Ginseng, Grenade, Gui, Harpagophytum, Huanglian,  Lin, Mahonia, Menthe poivrée, Myrtille, Olivier, Orthosiphon, Passiflore, Poivre noire, Prêle,  levure de Riz rouge, Trèfle rouge

Inducteur du CYP 3A4 : Millepertuis, Ail, Aubépine, Echinacée, Kava Kava, Menthe verte, Sauge

Pouvant favoriser l’immunodépression : Olivier

Pouvant favoriser une hémorragie : Ail, Angélique de Chine, Arnica, Bardane, Boldo, Bourrache, Café, camomille, Cannelle, Cassis, Chia, Curcuma, Céleri, Fennugrec, Ginkgo Biloba, Griffe de chat, Harpagophytum, Kava, Lavande, Lin, Maté, Onagre, Pélargonium, Piment de Cayenne, Quinine Rouge, Reine des Prés, Romarin, réglisse, Safran, Sauge, Saule, Séné, Thé, Trèfle Rouge, huiles de poisson, vitamine E

Pouvant favoriser une hypertension : Ginkgo Biloba, Orange de Séville, Petit Houx, Réglisse, Yohimbe