Fiche mise à jour le 8 février 2019

Mercaptopurine – PURINETHOL®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Cytotoxique Antimétabolite - analogue des bases puriques50 mg 

Indications AMM


D’autres indications hors AMM peuvent parfois être proposée

Posologie - Mode d'administration


Une prise par jour, à heure fixe, 3 heures après le dîner
En continu

Conditions de prescription et délivrance


Disponible en pharmacie de ville

Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Digestive
Nausées, vomissementsFréquent 

Surveillance de la perte de poids. Alimentation : 1) fragmentée en plusieurs repas légers, 2) liquide et froide et 3) moins grasse, sans friture ou épices. Prescription possible de traitements antiémétiques.

Diarrhée Fréquent 

Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool. Hydratation abondante. Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques

StomatiteFréquent 

Alimentation adaptée en évitant les aliments acides, qui collent et très salés. En prévention, utilisation d’une brosse à dent souple, d’un bain de bouche avec bicarbonate de sodium sans adjonction d’autres produits et éviter les bains de bouches avec menthol. En curatif, prescription possible de bains de bouche avec bicarbonate et  antifongique, et de topiques anesthésiants

Ulcération intestinaleTrès rare 
Hématologique
Leucopénie
Thrombopénie
Très fréquent1 - 4

NFS et plaquettes avant et après chaque cycle de traitement. Arrêt du traitement dès que le taux de leucocytes diminue pour éviter l’évolution vers une aplasie irréversible

Anémie
Pancytopénie
Fréquent1 -4
Métaboliques
AnorexieFréquent 

Repas fractionnés en plusieurs prises de petite quantité

Pancréatite aiguë Rare 

Surveillance par un bilan pancréatique régulier

Cutanée
Éruption cutanéePeu fréquent 

Éruption cutanée : Utilisation d’un savon doux et d’un agent hydratant, séchage par tamponnement. Prescription possible d’antibiotiques ou de corticoïdes topiques, prescription possible d’antihistaminique

PhotosensibilitéPeu fréquent 

Exposition au soleil à éviter et utilisation d’un écran total.

Musculo-squelettique
ArthalgiesPeu fréquent 

Prescription possible d’antalgique voire d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS)

NB : AINS non recommandé si le protocole de chimiothérapie avec méthotrexate

Œdème
Œdème de la faceRare 
Hépatique
CholestaseFréquent 

Surveillance par un bilan hépatique hebdomadaire si trouble hépatique préexistant. Arrêt du traitement dès l’apparition d’une perturbation franche des tests biologiques ou d’un ictère.

Nécrose hépatique Peu fréquent 

Pour toute information complémentaire concernant les effets indésirables et leur gestion, consulter les « recommandations sur la prévention et la gestion des effets indésirables des anticancéreux par voie orale » de l’Institut National du Cancer

Populations particulières et recommandations


Résistances : résistance par perte de la capacité de l’hypoxanthine-guanine phosphoribosyltransférase (HGPRT) à transformer la mercaptopurine en thioinosine monophosphate (TIMP). Résistance croisée entre mercaptopurine et thioguanine.

Déficit homozygote en TPMT : risque d’effets indésirables graves chez les patients présentant un déficit en thiopurine-méthyltransférase (TPMT)

Antécédant d’allergie à l’azathioprine : consultation allergologie recommandée avant l’instauration du traitement

Insuffisance hépatique : métabolisation hépatique importante. Adaptation posologique possible en cas d’insuffisance hépatique.

Insuffisance rénale : élimination rénale mineure. En l’absence de données, adaptation posologique en cas d’insuffisance rénale  (source GPR) :

Patients âgés : surveillance et adaptation posologique en fonction des bilans hépatiques et rénaux et de la tolérance.

Bilan biologique
Surveillance NFS, plaquettes (avant et après chaque cycle),
bilan hépatique (hebdomadaire en cas de trouble hépatique pré-existant)
Grossesse et allaitement
Contraception obligatoire chez les femmes et les hommes pendant le traitement et 1 mois après.
Allaitement contre-indiqué.

Interactions médicamenteuses majeures


Effet des autres médicaments sur la Mercaptopurine :

Avec les inhibiteurs de la thiopurine méthyltransférase (TPMT) : augmentation des concentrations plasmatiques de la mercaptopurine pouvant majorer les effets indésirables

Allopurinol

Conseil(s) :

association déconseillée. Surveillance hématologique renforcée et adaptation de la posologie de la mercaptopurine en cas d’association

Aminosalicylates : olsalazine, mésalazine ou sulfasalazine

Conseil(s) :

Association à prendre en compte.

Autres médicaments

Vaccins vivants atténués

Conseil(s) :

Association déconseillée, prescription d’un vaccin inactivé lorsqu’il existe

 

 

Ribavirine

Conseil(s) :

Association déconseillée, inhibition de l’inosine-monophosphate déshydrogénase (métabolisant la mercaptopurine en métabolite actif) pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique.

Effet de la Mercaptopurine sur les autres médicaments :

 

Phénytoïne 

Conseil(s) :

Risque de survenue de convulsions par diminution de l’absorption digestive de la phénytoïne par la mercaptopurine

Antivitamines K

Conseil(s) :

Surveillance rapprochée de l’INR

La Mercaptopurine n’est ni substrat, ni inducteur, ni inhibiteur des cytochromes P450. Il n’existe donc pas d’interactions avec les médicaments substrats, inhibiteurs ou inducteurs de cytochromes.

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine): http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php