Fiche mise à jour le 18 avril 2019

Evérolimus – AFINITOR®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Thérapie ciblée : Inhibiteur de kinases mTOR2,5 mg, 5 mg, 10 mg 

Indications AMM


  • Cancer du rein avancé après échec d’une ligne par anti-VEGF
  • Cancer du sein avancé RH+, HER2- en association avec l’exemestane, si échec d’un inhibiteur de l’aromatase
  • Tumeurs neuroendocrines non résécables ou métastatiques

D’autres indications hors AMM peuvent parfois être proposées

Posologie - Mode d'administration


Une prise par jour, à heure fixe, pendant ou en dehors d'un repas
En continu

Conditions de prescription et délivrance


Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Infections
InfectionsTrès fréquent 

Surveillance des signes d’alertes, notamment fièvre et frissons : consultation médicale si T° > 38,5°C
Vaccination recommandée avant l’initiation : grippe, pneumocoque. Contact avec des personnes malades à éviter

En cas d’infection, arrêt immédiat temporaire ou définitif
Hématologique
AnémieTrès fréquent1 à 4

Surveillance NFS régulière

Thrombopénie, neutropénie, leucopénie, lymphopénieFréquent2 à 4

Arrêt traitement si PQ < 50.000/mm3, PNN<1G/L puis adaptation

Anti-inflammatoires à éviter (risque saignements)

Métabolique
Hyperglycémie, HypercholestérolémieTrès fréquent2 à 4

Surveillance cholestérolémie et triglycéridémie régulièreArrêt du traitement si toxicité grade 4

Neurologique
Dysgueusie, CéphaléesTrès fréquent 

Alimentation tiède ou froid, ustensile de cuisine métallique à éviter

Pulmonaires
Pneumopathie, Toux, dyspnéeTrès fréquent 

Surveillance toux et dyspnée, consultation médicale si majoration des symptômes
Arrêt du traitement

Gastro-intestinales
StomatitesTrès fréquent 

Alimentation adaptée en évitant les aliments acides, qui collent et très salés. En prévention, utilisation d’une brosse à dent souple, d’un bain de bouche avec bicarbonate de sodium sans adjonction d’autres produits et éviter les bains de bouches avec menthol. En curatif, prescription possible de bains de bouche avec bicarbonate et  antifongique, et de topiques anesthésiants

DiarrhéesTrès fréquent 

Alimentation pauvre en fibre avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool. Hydratation abondante.  Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques.

Nausées, vomissementsTrès fréquent 

Surveillance de la perte de poids. Alimentation i) fragmentée en plusieurs repas légers, ii) liquide et froide et iii) moins grasse, sans friture ou épices. Prescription possible de traitements antiémétiques.

Cardio-vasculaire
Hypertension artérielleTrès fréquent1 à 4

Mesure de la tension artérielle régulière. Prescription d’un antihypertenseur possible. Adaptation de la posologie si hypertension sévère ou non contrôlée par le traitement.

HémorragiesTrès fréquent1 à 4

Surveillance des patients à risques (anticoagulants, anti-aggrégant plaquettaires)

Hépatique et rénaux
Augmentation des transaminases ou de la bilirubinémie, Insuffisance rénaleFréquent 

Surveillance de la fonction hépatique régulière

Cutanée
Rash, Acné, sécheresse, prurit, syndrome main-piedsTrès fréquent à fréquent 

Utilisation d’un savon doux et d’un agent hydratant, séchage par tamponnement. Exposition au soleil à éviter et utilisation d’un écran total, Prescription possible d’antibiotiques ou de corticoïdes topiques

Fatigue, asthénie, perte de poids
Très fréquent 

Activités indispensables et celles qui procurent un bien-être à privilégier, activité sportive adaptée et régulière à encourager

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
Surveillance NFS, fonction hépatique et thyroïdienne, protéinurie et hématurie régulière
Grossesse et allaitement
Contraception obligatoire chez les femmes durant le traitement et 2 mois après Allaitement contre-indiqué

Métabolisme et transporteurs


1A22A62B62C82C92C192D62E13A4/5P-gpBCRPUGT1A1UGT1A9CNT1ENT1ENT2OCT2MATE1
substrat majeure
inhibiteur mineure mineure
 Voie métabolique majeure / inhibiteur-inducteur puissant
 Voie métabolique mineure / inhibiteur-inducteur modéré

Interactions médicamenteuses majeures


Avec les inhibiteurs puissants du CYP 3A4 : Augmentation des concentrations plasmatiques de l’évérolimus pouvant majorer les effets indésirables.

Antihypertenseurs et antiarythmiques : amiodarone, diltiazem, verapamil
Antifongiques azolés : 
fluconazole, kétoconazole,  voriconazole, etc.
Antibiotiques macrolides : 
clarithromycine, télithromycine, etc. (sauf spiramycine)
Antirétroviraux inhibiteurs de protéase : 
indinavir, ritonavir, lopinavir/ritonavir, saquinavir, télaprévir, nelfinavir, bocéprévir, etc.
Autres: Cimétidine

Conseil(s) :

Association déconseillée. Adaptation possible de la posologie en cas d’association (5mg/jour).  En raison de la variabilité entre les sujets, une surveillance étroite des effets indésirables est recommandée. Si l’inhibiteur modéré est arrêté, envisager une période d’élimination d’au moins 2 à 3 jours avant de réadapter la dose.

Avec les inducteurs enzymatiques puissants : Diminution des concentrations plasmatiques pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Antiépileptiques : carbamazépine, oxcarbazépinephénytoïne, fosphénytoïne, phénobarbital, primidone
Antibiotiques : rifampicine, rifabutine
Autres: efavirenz, bosentan

Conseil(s) :

Association déconseillée.
Si association, une augmentation progressive de la posologie est envisageable jusqu’à 20 mg/jour par palier de 5 mg.
Prudence en cas d’arrêt de l’inducteur.

Avec les autres médicaments Substrats CYP 3A4 

Substrats CYP 3A4 :Antihypertenseurs et antiarythmiques : amiodarone, diltiazem, verapamil

AVK : warfarine, fluindione, acenocoumarol

Immunosuppresseurs : ciclosporine, tacrolimus, sirolimus, éverolimus

Antirétroviraux : atazanavir, darunavir, efavirenz, etravirine, fosamprenavir, nelfinavir, nevirapine, ritonavir, saquinavir

Autres: Carbamazepine, clozapine, alprazolam, amitriptiptyline, colchicine, cortisol, fentanyl, méthadone, prasugrel, ticagrelor, simvastatine

Conseil(s) :

Association à prendre en compte

Autres

Vaccins vivants

Conseil(s) :

A éviter, baisse de l’efficacité

Autres

Inhibiteurs de l’enzyme de conversion

Conseil(s) :

Cas d’œdèmes de Quincke rapportés

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine): http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php

Inhibiteur du CYP 3A4 : jus de pamplemousse, jus d’orange amère (orange de Séville), Citron vert, Pomélo, Aloe Vera, Chardon Marie, Curcuma, Fenouil, Fenugrec, Fumeterre, Gattilier, Gingembre, Ginko biloba, Ginseng, Grenade, Gui, Harpagophytum, Huanglian,  Lin, Mahonia, Menthe poivrée, Myrtille, Olivier, Orthosiphon, Passiflore, Poivre noire, Prêle,  levure de Riz rouge, Trèfle rouge
Inducteur du CYP 3A4 : Millepertuis, Ail, Aubépine, Echinacée, Kava Kava, Menthe verte, Sauge

Favorisant une hémorragie : Ail, Angélique de Chine, Arnica, Bardane, Boldo, Bourrache, Café, camomille, Cannelle, Cassis, Chia, Curcuma, Céleri, Fennugrec, Ginkgo Biloba, Griffe de chat, Harpagophytum, Kava, Lavande, Lin, Maté, Onagre, Pélargonium, Piment de Cayenne, Quinine Rouge, Reine des Prés, Romarin, réglisse, Safran, Sauge, Saule, Séné, Thé, Trèfle Rouge, huiles de poisson, vitamine E

Favorisant une hypertension : Ginkgo Biloba, Orange de Séville, Petit Houx, Réglisse, Yohimbe

Favorisant une immunodépression : Olivier