Fiche mise à jour le 7 février 2019

Estramustine – ESTRACYT®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Cytotoxique : agent alkylant, moutarde à l'azote associée à un oestrogène140 mg 

Indications AMM


Cancer prostatique hormonorésistant (ne doit pas être utilisé en première intention)

D’autres indications hors-AMM peuvent parfois être proposées

Posologie - Mode d'administration


2 prises par jour, à heure fixe, en dehors des repas
En continu

Posologie : 280 mg x2 / jour soit 2 gélules x 2 /jour

Adaptations de doses possibles de 700 à 840 mg / jour (soit 5 ou 6 gélules en 2 ou 3 prises par jour sans dépasser 15 mg/kg/jour) en fonction de l’efficacité.

En cas d’oubli: ne pas prendre de prise supplémentaire, mais attendre la prise suivante (t1/2 > 20h)

En cas de vomissement : ne pas prendre de prise supplémentaire, mais attendre la prise suivante

Gélules à avaler entières avec un verre d’eau, sans être ouvertes, sucées, mâchées, ou même mordues

Gélules à prendre à distance des repas : 1h avant ou 2h après le repas

Conservation < 25°C, ne pas déconditionner les gélules dans un pilulier

Conditions de prescription et délivrance


Disponible en pharmacie de ville

Aucune condition de prescription ou de délivrance particulière

Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
Gastro-intestinales
• Nausées, vomissementsTrès fréquent1-2

Nausées, vomissements surtout en début de traitement : Surveillance de la perte de poids. Alimentation i) fragmentée en plusieurs repas légers, ii) liquide et froide et iii) moins grasse, sans friture ou épices. Prescription possible de traitements antiémétiques ou d’antiacides.

• DiarrhéesFréquent1-2

Diarrhées  : Alimentation pauvre en fibres avec féculents, carotte, banane et éviter fruit et légumes crus, laitage, café et alcool. Hydratation abondante. Prescription possible de traitements anti-diarrhéiques.

Cardiovasculaires
• Affections thrombo-emboliquesTrès fréquent1-2

Affections thromboemboliques : surveillance clinique. Prescription possible d’un traitement anticoagulant en fonction du risque thromboembolique. Contre indication en cas de thrombophlébite active ou de maladie thromboembolique

• Rétention hydrique, œdèmesFréquent1-2

Rétention liquidienne, rétention hydrosodée : Surveillance de la prise de poids. Alimentation adaptée en sel. Habits adaptés avec vêtements, chaussettes et chaussures non serrés Prescription possible de diurétique.

• Insuffisance cardiaque congestiveFréquent1-2
• Cardiopathie ischémique, infarctus du myocardeFréquent1-2
• Hypertension artérielleFréquent1-2

HTA : Mesure de la tension après 20 min de repos. Mesure hebdomadaire le 1er mois, toutes les 2 semaines les 2ème et 3ème mois puis mensuel au-delà du 3ème mois. Consultation médicale si PAS > 140 ou PAD > 90 après plusieurs mesures répétées, PAS > 160 ou PAD > 100 ou hypertension symptomatique. Prescription d’un antihypertenseur possible. Adaptation posologique ou arrêt du traitement possible.

Métabolique
• Trouble de la glycémie (hyperglycémie)1-2

Hyperglycémie : Surveillance de la glycémie régulière pour les patients diabétiques. Adaptation du traitement antidiabétique.

Hépatique
• Altération de la fonction hépatiqueFréquent1-2

Surveillance par un bilan hépatique régulier.  Adaptation posologique ou arrêt de traitement possible. Contre-indication en cas d’affection hépatique grave

Hématologique
• Anémies, leucopénies, thrombo-cytopénieTrès fréquent1-2

Surveillance de la NFS régulière. Adaptation posologique ou arrêt de traitement

Affections endocriniennes
• GynécomastieTrès fréquent 
• ImpuissanceFréquence indeterminée 

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
NFS, bilan hépatique, calcémie réguliers
Grossesse et allaitement
Contraception obligatoire chez les hommes et leurs partenaires féminines pendant le traitement et 3 mois après.

Interactions médicamenteuses majeures


Avec des médicaments à marge thérapeutique étroite

 

Anti-vitamines K

Conseil(s) :

Augmentation du risque thrombotique, contrôler l’INR plus régulièrement

Phénytoïne, fosphénytoïne

Conseil(s) :

Association déconseillée, risque de perte d’efficacité de l’anticancéreux (induction enzymatique) et de l’antiépileptique (baisse absorption).

Immunosuppresseurs : ciclosporine, tacrolimus, everolimus

Conseil(s) :

Association à prendre en compte, risque d’immunosuppression excessive.

Avec les vaccins

Vaccin contre la fièvre jaune

Conseil(s) :

association contre-indiquée, risque de maladie généralisée

Vaccins vivants atténués

Conseil(s) :

Association déconseillée, prescription d’un vaccin inactivé lorsqu’il existe

Avec d’autres médicaments :

Inhibiteurs de l’enzyme de conversion : benazepril, captopril, enalapril, lisinopril, perindopril, ramipril, quinapril, trandolapril, zofenopril

Conseil(s) :

Association déconseillée, risque de majoration des effets indésirables à type d’œdème angioneurotique (angio-œdème)

Sels de calcium, magnésium

Conseil(s) :

Diminution de l’absorption digestive de l’estramustine. Prise de l’estramustine 2h avant ou après les sels de calcium ou magnésium.

Acide clodronique

Conseil(s) :

Augmentation des concentrations plasmatiques pouvant majorer les effets indésirables de l’estramustine. Surveillance clinique en cas d’association.

Œstrogènes

Conseil(s) :

Association déconseillée, potentialisation des effets indésirables.

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dépendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine): http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php


Pouvant favoriser une hypertension : Ginkgo Biloba, Orange de Séville, Petit Houx, Réglisse, Yohimbe
Phyto-œstrogènes : Actée à grappes noires, Gattilier, Ginseng de Corée, Houblon, Lin, Soja, Trèfle rouge
Pouvant favoriser une immunodépression: Olivier
Aliments riche en calcium ou magnésium : compléments alimentaires, lait, autres produits laitiers. Prise de l’estramustine 2h avant ou après les sels de calcium ou magnésium.