Fiche mise à jour le 2 juillet 2019

Cyprotérone – Androcur ®

Présentation


Classification médicamenteuseDosagePhotographies
Hormonothérapie : Progestatif de synthèse ayant des propriétés anti-androgène (antagoniste compétitif du récepteur aux androgènes) et anti-gonadotrope.100 mg (générique) et 50 mg (comprimés) 

Indications AMM


D’autres indications hors AMM peuvent parfois être proposées.

Posologie - Mode d'administration


2 à 3 prises par jour, à heure fixe, pendant ou en dehors des repas
En continu

Conditions de prescription et délivrance


Disponible en pharmacie de ville.

Les patients et les prescripteurs doivent signer une attestation annuelle d’information disponible sur le site de l’ANSM. Cette attestation doit être présenté au pharmacien lors de chaque dispensation.

Effets indésirables


ToxicitéFréquenceGradeSurveillance / Prévention
ETAT GENERAL
Asthénie Très fréquent 

Activités indispensables et celles qui procurent un bien-être à privilégier, activité sportive adaptée et régulière à encourager

Hypersudation Bouffées vasomotricesTrès fréquent 

Alimentation à éviter : chauds, épices, alcool, caféine, tabac. Hydratation abondante

COMPORTEMENT
Agitation Insomnie Très fréquent 
Dépression, tendance suicidaireRare 
METABOLISME
Prise de poids Amaigrissement Fréquent 

Surveillance régulière du poids

NEUROLOGIQUE
Céphalées, migrainesFréquent 

Prescription possible d’antalgiques

MéningiomeRareModéré ou grave

Méningiome : en cas d’utilisation prolongée sur plusieurs années

HEPATIQUE
Ictère Hépatites cytolytiques Hépatites fulminantes Insuffisance hépatique Tumeurs hépatiques RareGrave

Toxicité dose dépendante, apparition jusqu’à plusieurs mois après l’instauration. Surveillance par un bilan hépatique régulier mensuel chez les patients ayant une affection hépatique chronique, un diabète ou une intolérance au glucose.

Surveillance clinique d’une possible hépatotoxicité : nausées ou vomissements, ictère, démangeaisons intenses, urines foncées, douleurs abdominales. Arrêt définitif du traitement.

TROUBLES VISUELS
Diplopie, troubles de la vision Lésion vasculaire de la rétine Très fréquentGrave

Examen ophtalmologique si troubles persistants. Arrêt définitif du traitement.

VASCULAIRE
Evènements thrombo-emboliquesFréquence indeterminéeGrave

Cas rapportés, lien avec cyprotérone incertain. Surveillance des patients à risque : antécédents d´événements thrombotiques/thromboemboliques artériels ou veineux, d´accidents cérébro-vasculaires ou souffrant de maladie maligne avancée. Arrêt définitif du traitement en cas d’apparition.

HEMATOLOGIQUE
AnémieFréquence indeterminée 

Cas rapportés, surveillance régulière

ORGANCES REPRODUCTEURS
Impuissance Baisse de la libido Gynécomastie Très fréquent 

Gynécomastie réversible à l’arrêt du traitement

Populations particulières et recommandations


Bilan biologique
NFS, bilan hépatique et glycémie réguliers, fonction corticosurrénale

Interactions médicamenteuses majeures


  • Avec les inducteurs puissants des CYP : diminution des concentrations plasmatiques de la cyprotérone, pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique

Antiépiléptiques : carbamazépine, fosphénytoïne, phénobarbital, phénytoïne, primidone, oxcarbazépine,

Anti-infectieux : rifabutine, rifampicine, névirapine, éfavirenz, inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir

Anticancéreux : dabrafénib et enzalutamide

bosentan

Conseil(s) :

Association à prendre en compte. Surveillance clinique et pharmacologique en cas d’association et après l’arrêt de l’inducteur.

  • Avec d’autres médicaments

Perampanel

Conseil(s) :

Diminution des concentrations plasmatiques de la cyprotérone, pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique. Association déconseillée.

Interactions avec la phytothérapie


Certaines plantes et ou aliments peuvent interagir avec ce traitement. Néanmoins, les niveaux d’interactions dé-pendront de l’exposition. La quantité consommée, la fréquence, une supplémentation dépassant l’usage culinaire habituel, devront être pris en compte. L’intensité de l’interaction peut être évaluée sur site thériaque (Hedrine): http://www.theriaque.org/apps/recherche/rch_phyto.php

Millepertuis : association déconseillée. Diminution des concentrations plasmatiques de la cyprotérone, pouvant amener à un risque d’échec thérapeutique.

Avec d’autres plantes inductrices : Ail, Aubépine, Echinacée, Kava Kava, Menthe verte, Sauge